Rechercher dans ce blog

dimanche 30 novembre 2008

conseil de classe en CM2...


Vendredi, en CM2, c'est conseil de classe.

La première étape, systématique dans notre ordre du jour, est de relever la boîte aux lettres de la classe.
Il s'agit d'une banale boîte à chaussure transformée par mes soins, grâce à un bon scotch toilé jaune et à un gros marqueur, en une magnifique boîte aux lettre maison.
Celle-ci recueille les mots doux destinées aux enseignantes (je rappelle, ami lecteur, que nous sommes deux alternativement à gérer le troupeaux...), les petites inquiétudes quotidiennes, les questions sans réponses, mais aussi les projets de classe, les dysfonctionnements ou les envies d'innover des uns et des autres.

Le jour du conseil, l'animateur (un élève dont c'est la responsabilité) ouvre la dite boîte et en retire les messages un à un.
Ceux qui sont estampillés "personnel" ou "pour la maîtresse" me sont remis aussitôt. Les autres sont lus et donnent lieu à un débat de classe, à la condition d'être signés par l'auteur (tous les messages anonymes vont directement à la poubelle ).

Le système est très intéressant :
- Il permet aux enfants timides de communiquer avec l'enseignante plus facilement,
- Il permet à chacun de dire à la maîtresse -dans l'immédiat- ses petits riens ou ses gros soucis, sans avoir peur de le déranger ou d'oublier son idée en cours de route,
- Il permet de crever l'abcès d'un conflit par écrit, avec la certitude qu'il sera pris en compte par l'adulte ou par la classe... tout en différant sa résolution, ce qui laisse souvent le temps jouer positivement (un problème exprimé est souvent déjà à moitié résolu...) : la plupart des disputes confiées à la boîte sont résolus avant que le conseil ne s'en charge.
- Il permet de proposer à la classe des projets, des idées d'organisation ou de sorties...

Vendredi, donc, le conseil est ouvert... et la boîte, dans la foulée.
Après une flopée de mots doux (Eh, oui... on m'aime, ami lecteur, c'est indéniable !), je trouve un message demandant s'il n'était pas possible d'élever un animal en classe. Tu me connais, ami lecteur. Je ne leur ai pas dit que des animaux, j'en avais déjà 30 à élever et qu'un de plus ne me semblait pas une idée si mirobolante... non. Je l'ai joué responsable et pédagogue, leur expliquant que le projet était bien intéressant, mais qu'outre le problème des vacances pour lesquelles il fallait trouver une bonne âme pour s'occuper du dit animal, on avait de plus en plus d'enfants allergiques aux animaux à poils et...

Et là, HURLEMENTS DE RIRE de tous mes pignoufs...

- HaHaHa !!! Des animaux à poils !!!
- Bah... oui, des animaux à poils.
- HaHaHa !!! Des chiens à poils !!!

Et oui, ami lecteur, un chien à poils, c'est drôle. Très drôle. As-tu réussi à pénétrer l'imagination débridée de mes jeunes scarabées ? Le vois-tu, ce pauvre chien, sans plus un poil sur la peau, nu et honteux ? Ce chat, ce hamster, ce lapin, ce canari ? Exposés aux regards narquois de la foule en délire ?

Voilà. Quand on est prof. des écoles, il faut savoir s'amuser d'un rien. C'est aussi ça, les joies de l'enseignement.

9 commentaires:

Anonyme a dit…

ce blog manque un peu de sexe, je crois qu'il y gagnerait...
en même temps, je dis ça parce que tu m'as dit que plus personne le lisait, maintenant tu fais ce que tu veux....
s de st ch

Mistinguette a dit…

Naannnn !!! J'y crois pas ! s de st ch, c'est toi qui dis ça ?... Remarque, t'as pas tors, ça ferait sûrement remonter les comm. !!! Hahaha !

Mistinguette a dit…

...Et pis, j'ai jamais dit que plus personne ne le lisait d'abord : j'approche des 10.000 cliks toud'même... Mais c'est vrai que je cours un peu après les comm...

Em et Ben et M a dit…

tu veux du croustillant? mes CM2 morts de rire en découvrant le nom de Berthe au grand pied... y en a même un qui m'a demandé si je connaissais sa pointure... pfffffffffff!
em

Nitt a dit…

Ben oui quoi, des animaux à poil! T'en as de drôle d'expressions!

Merci de partager ce fou-rire, ça fait du bien!

Tiens, je vais partager un mémorable de ma classe de FLE d'il y a... 2 ans! mon Dieu ça ne nous rajeunit pas.
On parlait gastronomie française avec mes apprenants, et dans la classe il y en avait un analphabète, qu'on avait collé là parce qu'il parlait bien français. Les autres savaient lire et écrire, ils apprenaient, eux, la langue française.

Or donc, on se met à expliquer ce qu'est une gousse d'ail. gousse d'ail ceci, gousse d'ail cela...
Et mon Malien de lancer "et en anglais, c'est good night!"

Ca restera gravé toute ma vie.

Ludo a dit…

Et voilà pourquoi je regrette un peu de ne pas m'être lancé dans la profession. Il y a quelques années, je voulais être prof d'histoire, en collège, et je suis sur et certain, pour écouter des ami(e)s dans l'enseignement aujourd'hui, que les gamins sont une sacré source d'inspiration...
Et voilà, encore un commentaire, puisque je lisais que tu courrais après... Je suis vraiment trop charitable hin ? Par contre, celui ci, je ne sais pas si tu le liras, dans la mesure où il appartient à un ancien billet. Mais on ne pourra pas dire que je ne participe pas... hé hé

Mistinguette a dit…

Enfin, Ludo ! Tu sais bien qu'une 'maîkresse' sait tout, entend tout, comprend tout, voit tout !!! Appelez moi DIEU ! (Hahaha !).
Naaaannn, j'rigole, là ! En fait, je suis prévenue sur mon mail perso de tout nouveau comm. Quelque soit le texte auquel il est rattaché. Et voilà !
Et merci pour c'uici !

Professeur des écoles a dit…

Magnifique, la vie quotidienne telle qu'elle l'est. J'adore l'expression "gérer le tropeaux" !

Mistinguette a dit…

> Prof des écoles
Oh ! Quelqu'un qui remonte dans mes archives ! C'est sympathique...
Merci
:o)