Rechercher dans ce blog

vendredi 20 décembre 2013

Vacaciones !

Ami Lecteur, ce soir à 20h, je serai dans l'avion pour... LE MEXIQUE !
Je pars deux semaines pleines, avec mon homme et les enfants. Sur place, ma super Tantine qui vit à Mexico depuis des décennies nous a concocté un voyage de rêve.
Je te raconterai à notre retour, bien sûr.
En attendant, pas sûr que je puisse poster ici avant... la nouvelle année !
Alors, dès à présent, permets-moi de te souhaiter

Un doux et Saint Noël
loin de la surconsommation et du clinquant,
proche de ceux qui t'entourent,
plein d'Amour et de patience.
 
et
 
Une très belle année 2014,
surprenante,
amusante,
riche,
pleine,
et épanouissante.

:o)

mercredi 18 décembre 2013

Gribouille 2

Encore une gribouille de réunion...
Je partage mon plaisir, un peu brouillon, et je rattrape mon retard d'article sur ce blog !
:o)

mardi 17 décembre 2013

Tournicoti, Tournicoton !

Ami Lecteur, t'ai-je déjà parlé d'El ?
El est un tout petit garçon, tout fin, très vif, très très jeune (5 ans : il nous vient tout droit de Moyenne Section), très très intelligent et... très très très agité !
El lit mieux que toi et moi. Déjà avant d'arriver en CP.
Et El déteste rester assis sur sa chaise. Il préfère traficoter, bricoler, inventer, et quand il s'ennuie trop (ou qu'il a décidé que ce que proposait la maîtresse, non, vraiment, il n'avait pas envie de le faire...) il va em*erder ses copains.
Il sait très bien faire ça : piquer une trousse, un dessin, un crayon, et partir en ricanant. Eventuellement froisser le dessin pour voir la réaction de son auteur.

Remarque bien qu'il n'est pas méchant. Juste em*erdant pour son entourage, quand il s'y met. En total décalage.

Tu comprendras vite que pour l'enseignante qui aurait oublié de prévoir des activités adaptées pour El, ça peut devenir vite fatigant... voire agaçant... voire exaspérant !

Ce qui est bien, avec El, c'est qu'il est aussi très léger. Alors quand une fois de plus il n'est pas là où il devrait être, plutôt que d'user ses nerfs à le lui rappeler (c'est qu'il n'est pas toujours d'accord pour obéir, El... c'est tellement plus drôle de n'en faire qu'à se tête !)... plutôt que de s'égosiller, donc, il suffit de se le mettre sous le bras, et de le rassoir à la bonne place.
Mais bon... ça n'est ni très efficace, ni très satisfaisant.
Et puis, s'énerver contre lui n'est pas non plus une bonne idée : plus on fulmine, plus il rit. C'est sa façon de faire face à la colère des adultes. Mais ça énerve encore plus ! Alors il rit encore plus ! Et ça énerve encore plus ! Alors... bref.

L'autre jour, donc, j'ai fait sortir tout le monde pour le déjeuner, et j'ai gardé El pour une petite discussion entre quat'zieux.

- El, on peut pas continuer comme ça : je n'aime pas m'énerver contre toi. C'est fatigant, et ça n'est pas comme ça que j'aime être maîtresse. Et pour toi non plus, ça n'est pas agréable. Alors, qu'est-ce qu'on fait ? Tu as quelque chose à proposer ?
- Bah nan !
- Tu n'as pas d'idée ? Tu pourrais... faire des efforts ?
- Ah, nan, je sais pas faire des efforts, moi !

- Ah... c'est embêtant. Alors tu vas rester comme ça toute ta vie ? Même quand tu seras un Papa ?
- Bah oui ! (grand sourire).
- Mmmm... mais comment tu feras pour trouver un travail alors ? Tu pourras pas !
- Bah si !
- Quand on fait un travail, il faut savoir être à la bonne place, faire ce qui est nécessaire... Tu ne pourras pas...
- Bah si !
- Tiens, quel métier tu voudrais faire, toi ?
- Moi ? Je serai ZIGOTTO !
-... Aaaaaah, oui oui oui oui oui, ça convient en effet parfaitement. Sauf que ça n'existe pas, ça, comme métier !
Allez, je te propose quelque chose : je m'engage à prévoir pour toi des activités que tu aimes bien, de fabrique et bricolage avec mode d'emploi à lire (!) et toi en échange, tu t'engages à faire le travail demandé, et à rester à ta place le temps nécessaire. Ca marche ? Tope-la !

Je te raconterai si nos nouvelles dispositions auront eu un quelconque effet. L'espoir me fait vivre, toujours !
:o)

jeudi 12 décembre 2013

Gribouille

Ami Lecteur, parfois, je trouve le temps de dessiner... en réunion, la plupart du temps.
Je me suis dit que je pouvais partager ça aussi, de temps à autre...
:o)
Mais si tu n'aimes pas, je peux aussi arrêter (de montrer, pas de dessiner !).

 
...et note bien que je ne me prends pas pour une artiste. Mais j'aime bien. Voilà.


mercredi 11 décembre 2013

Si tu manques d'idées pour Noël...

...d'autres ont cherché pour toi, Ami Lecteur !
Regarde ici (clique...)
...
 ...
Si tu ne trouves pas ton bonheur là-dedans, je ne sais pas ce que je peux faire de plus pour toi !
 
On dit merci quiiiiii ?!

lundi 9 décembre 2013

Marché de Noël

Salut Ami Lecteur,
Une petite anecdote en passant, histoire que tu ne te sentes pas définitivement abandonné.
Vendredi, dans mon école, comme dans beaucoup d'autres, il y avait le fameux et incontournable...
"Marché de Noël".
Je t'explique le concept : à l'approche de Noël, le petits zenfants sont invités à découvrir qu'ils ont aussi un cœur, et pas seulement un estomac ou un esprit tyrannique.
Pour le leur faire découvrir, on lance une opération à double effet impulse : le Marché de Noël.
L'idée, c'est que chacun réalise un magnifique objet avec ses petites mimines, ou un superbe gâteau, ou encore, comme dans ma classe, de succulents sablés. Ces réalisations sont ensuite vendues aux parents... Tu saisis tout de suite l'astuce : comment un parent digne de ce nom pourrait-il résister à la merveille interplanétaire faite avec amour par le fruit de ses entrailles ? Il l'achète donc !

Ensuite, c'est formidable :
1/ l'enfant peut offrir à ses parents pour Noël l'objet que ceux-ci viennent d'acheter (!).
2/ les gains sont reversés à une association choisie avec soin. En l'occurrence, pour nous, une assoc. qui achète du matériel pour des écoles d'Asie ou d'Afrique.

Les parents sont ravis.
Les enfants sont ravis.
Les enseignants sont ravis (pour peu qu'ils aient réussi à finir les évaluations du trimestre et les livrets qui vont avec...!).

Or donc, lors de notre marché de Noël, vendredi dernier, aux alentours de 17h00, je croise une de mes petites élèves, assise sagement avec son grand frère sur un banc. Ils attendent, au milieu de la cohue générale que leurs parents arrivent et se mêlent à la fête.
Je me penche sur ma pitchoune et lui demande si tout va bien. Elle me répond alors d'une voix plaintive qu'elle a faim, et qu'elle aimerait bien une part de gâteau, là, sur le buffet surchargé et magnifiquement préparé par les membres de l'association de parents d'élèves... Seulement ses parents à elle ne vont arriver que bien plus tard... snif !

Aussitôt, S., un grand CM2 qui entend notre échange me dit :
"Mais moi, je peux lui prêter 1€ !
- 1€, Waou ! Trop gentil ! Tu entends ça J. ? Tu vas pouvoir acheter des parts de gâteau pour toi et ton frère !
- C'est normal, rétorque le généreux donateur, je sais trop ce que c'est que d'avoir faim..."

Quand on sait que S. est le fils de la Présidente de l'association de parents, et qu'il n'a jamais manqué de rien, la réplique ne manque pas de saveur...
Merci à lui, en tous cas : ce geste est le résultat espéré de la politique éducative de notre école.
Yessss ! Pari réussi !
:o)
PS : Pour revenir sur le portrait un peu caustique que j'ai fait de ce marché de Noël, je me dois de préciser qu'en CP nous faisons des sablés indifférenciés afin que tous puissent les acheter (les parents ne sont pas tenus d'acheter le sachet réalisé par leur enfant, c'est une réalisation commune et anonyme, pas de public captif donc !). Par ailleurs, nous faisons faire un autre cadeau pour Noël afin les enfants puissent en faire vraiment la surprise à leurs parents. Voilà voilà !
Namého !

lundi 25 novembre 2013

I choose...

Oui, bon, je sais, trouver un texte sur internet et le balancer sur son blog, ça ressemble fort à la politique du moindre effort...
Sauf que je suis dans mes livrets d'évaluation, et si tu es prof, tu sais ce que ça signifie, Ami Lecteur... et si tu n'es pas prof, fais un effort d'empathie, s'il te plait !
Et donc, ce texte, je l'apprécie : il reflète assez bien la façon dont je me situe.
Voilà.
Et si t'es pas content... et bah c'est pareil !
Hahaha !
Allez, j'y vais : la récré est finie, faut que je bosse !!!

I choose
To live by choice, not by chance,
To be motivated, not manipulated,
To be useful, not uses,
To makes changes, not excuses,
To excel, not compete.

I choose self-esteem, not self-pity,
I choose to listen to my inner voice,
Not to the random opinions of others.

I choose to do the things that you won’t
so I can continue to do the things you can’t.


Traduction comme je peux pour les non-anglophone (je suis ouverte aux propositions...) :

J'ai choisi

De vivre selon mes choix plutôt qu'au grés du hasard (de la chance...),
D'user de mon libre-arbitre plutôt que d'être manipulée,
D'être utile plutôt qu'utilisée,
D'être dans le progrès plutôt que dans les remords,
D'être dans l'excellence plutôt que dans la compétition.

J'ai choisi l'estime de soi plutôt que la plainte,
J'ai choisi d'écouter ma conscience,
Plutôt que les sourdes rumeurs du monde.

J'ai choisi de réaliser ce que tu ne veux pas,
Afin de pouvoir continuer de faire ce que tu ne peux pas.

lundi 18 novembre 2013

And the winner is...

Ami Lecteur, me voilà !
Et pour rester dans le monde des couleurs intenses, je vais te parler de notre grande victoire au célèbre concours de gâteaux de notre quartier, à la Ville du Trou sur Mer (devine...), où nous passons nos vacances.

C'est notre quatrième victoire consécutive.
...

Pour le prix du gâteau le plus original.
...

Mais attends : il est original, mais il est bon aussi, hein ! Faut pas croire !

La première année, on a fait un bateau pirate. Très réussi ! Je savais faire : j'en avais réalisé un pour les 7 ans de Doudou (il y a donc 10 ans à présent).
(je cherche une photo...).

La seconde année, on a fait un serpent de mer. Totale impro, mais résultat à la hauteur de nos attentes.

La troisième année, on a fait un crabe. Superbe et délicieux. Impro aussi.
 
 
Et cette année, on a fait...
 ça







 
Après la bataille...



Oui, je sais, c'est un gâteau Tchernobyl.
Tout ça n'est pas très naturel.
Et les couleurs ne rappellent que peu les douces nuances du Pays Normand.
N'empêche : ON A GAGNE !!!

...

...

Y'a plus qu'à trouver une idée pour l'année prochaine !
:o)

PS :
- Pour les septiques : OUI, tout-à-fait, il était très bon ce gâteau, on plus d'être étonnant !
- Pour les curieux, dedans, quatre-quarts recouvert/fourré au nutel*a ; dessus, pâte-à-sucre achetée sur le superbe site http://www.bienmanger.com
- Pour les ceusses que ça intéresse, la pâte-à-sucre, allez donc voir là :
http://www.aucoeurdespetitsdelices.com/article-tout-sur-la-pate-a-sucre-114099657.html

lundi 11 novembre 2013

Glauque...

Ami Lecteur,
Je sais,
Je te délaisse,
C'est pô bien,
D'autant que j'aurais des tas de truc à te raconter,
Et que chaque jour, je me dis "Tiens ! Je pourrais leur raconter ça, sur le net !"...
Mais non : j'ai pas le temps !
Note cependant que je pense à toi, hein ! Tu le remarques en passant !

Bon, en tous cas, aujourd'hui, en cherchant une définition et des images sur la toile à propos des fossiles pour Malouloute et son cours d'SVT, je suis tombée là-dessus :




 
Tu connais ???
Le Glaucus Atlanticus !
Moi, je suis restée abasourdie par la beauté de ce gastéropode urticant... qu'on croirait sorti tout droit d'Avatar...
Dame Nature est bien surprenante !
Je tenais à partager mon émerveillement avec toi... Tu vois, je suis là !
 
Voir :
et

dimanche 20 octobre 2013

Thank a teacher !

Allez, quand on a été élève, ça fait du bien d'écouter ça :

http://www.wimp.com/thankteacher/

Et quand on est prof, c'est meilleur encore !
:o)

vendredi 18 octobre 2013

Ggnnnnn !

Je rentre déjeuner mercredi et trouve Mondoudou vautré devant "l'Auberge espagnole"...
- Euh... t'as pas du boulot, toi ? Rappelle-toi : tu es en terminale... hein ?!
- Bah nan, j'l'ai déjà fait : on a eu des heures d'étude. Et puis là, je travaille les langues (le film est en anglais non sous-titré, et en plus, ils parlent espagnol de temps à autre...).

Je reviens à 17h, le lendemain, et trouve Mondoudou qui se marre devant une vidéo sur internet... comme l'avant-veille, et le jour d'avant et... tous les jours, il me semble, si je fais le compte.
- Doudou ! Ton boulot ! Le bac ! Les profs ! Terminale ! Gnnn !
- Bah nan, j'l'ai déjà fait : je suis rentré tôt aujourd'hui...

Je passe la suite, je risquerais d'être redondante...

Seulement ce soir, avant de partir à la boxe, il me dit, le gros malin :
- Maman, tu pourras m'aider pour mon plan de dissert. de philo, quand je rentre ? Je serai là plus tôt... et puis, j'ai déjà bossé dessus...

Rentré à 23h00...
Dîner...
A 23h20, après avoir jeté un œil sur un vague brouillon griffonné au crayon, je me retrouve (flanquée de mon ado fils) à me plonger dans mon vieux dico de philo, mes anthologies et autres bouquins jaunis qui ont fait mon bonheur à son âge et que j'ai pris soin de rapporter de la campagne cet été, en prévision de cette année où la Pensée serait enfin au cœur de nos préoccupations...

Seulement de la philo, moi, ça fait 25 ans que j'en ai plus fait. En tous cas, pas officiellement. Pas selon les principes étroits des préceptes professoraux...
Voilà voilà.
Ce soir, j'ai (nous avons) pondu un plan de dissertation avec intro et conclusion rédigées sur la pensée individuelle de l'homme.
Vazy, Ami Lecteur : fais-en autant, te prive pas de nous donner ton avis sur la question. Et si tu as une ou deux citations,  avec des vrais morceaux d'intelligence dedans, n'hésite pas...
Moi, je vais me coucher !

lundi 14 octobre 2013

Book

Ami Lecteur, vois comme mes élèves sont loin d'être bêtes :
Le matin, nous nous retrouvons "dans le coin regroupement". J'y fais l'appel, nous découvrons le menu du jour, nous indiquons la date et la météo... et certains enfants apportent des livres ou des objets de chez eux qu'ils veulent faire découvrir à la classe.

L'autre jour, Art apporte un livre : l'imagerie des pirates.

L'ouvrage emporte immédiatement l'adhésion des enfants qui désirent tous le lire. Seulement, il est en piteux état : la tranche est rafistolée au scotch brun, le corps du livre se balade sans attache et une page est tout-à-fait mobile...

Je dis donc à Art qu'il me semble difficile de le prêter  dans cet état, qu'il risque de finir en morceaux, et que je préfère le réparer avant de le mettre en circulation.
Durant les heures qui suivent, Art me demande dix fois si j'ai réparé son livre... A chaque fois, je suis obligée de lui assurer que je vais le faire, mais dès que j'aurai un instant de libre, c'est-à-dire quand je n'aurai plus à m'occuper des 22 CP qui requièrent toute mon attention.
Art est impatient.

Le lendemain, dès potron minet,  il revient à la charge.
Je lui indique alors sa table, sur laquelle il retrouve le bouquin entièrement restauré par mes souhaits :
Un scotch toilé blanc consolide la tranche, un large scotch cristal permet à tous les éléments de rester solidaires, l'ensemble ressemble à nouveau à un livre qu'on peut feuilleter sans danger...
Art est ravi. Sur son visage, un sourire s'étant d'une oreille à l'autre.
Il admire l'œuvre sous toutes ses coutures, puis vient à ma rencontre et me dit, bien en face :
- Maîtresse, je peux te rapporter mes livres abimés de la maison, pour que tu les répares ?

...

Si je te parle en jargon d'enseignant et que je mouline cette demande à la sauce des compétences et des savoir-être, je mettrai une petite croix dans "acquis" à la ligne : "être capable d'identifier une personne ressource et y faire appel à bon escient".

Moi, je dis qu'il s'en sortira dans la vie, cet enfant !

lundi 30 septembre 2013

Mémère !

un album à voir ici
Bon, Ami Lecteur, j'ai besoin de toi.
Voili voilo
Depuis maintenant un an, un mois et quelques jours, je suis Belle-Grand'mère.
Or qui dit nouvelle génération, dit nouvelle appellation pour chacun.
Y'a ceux qui deviennent "Papa" et "Maman".
Et pis y'a ceux du dessus.
Pépé et Mémé...
Sauf que moi, et bah j'arrive pas à me décider pour un sobriquet quelconque.
Je suis encore très jeune, je n'ai que deux ou trois cheveux blancs que mes élèves ne voient que si je m'abaisse à refaire leurs lacets (ce que j'évite soigneusement !) alors les Mamie, ou Grand'mère... j'le sens pô !
Mais les jeunes parents s'impatientent et j'ai été sommée (délicatement) de choisir. Pour preuve, l'extrait d'article ci-dessous, envoyé sur ma boite mail il y a peu :

HISTOIRE DE SOBRIQUETS
Les classiques restent les plus fréquents
Pépère et Mémère, Pépé et Mémé, Papi et Mamie, Grand-père et Grand-mère, Bon-papa et Bonne-maman, Grand-papa et Grand-maman.
Les régionaux
Papounet et Mamounette (Centre-Ouest), Papet et Mamet (Midi), Papapa et Mamama (Alsace), Mamonne (Corse), Mamata (Provence).
Les internationaux
Nanny et Daddy (anglais), Yaya et Yayo (espagnol), Nonna et Nonno (italien), Oma et Opa (allemand), Yaya et Papou (grec)...
Les dérivés de « maman »
Maminou, Mamouchka, Mamichou, Mamita, Mamoune, Moune...

Source : Oh ! Mamie boom.
http://www.lavie.fr/archives/2007/09/27/petits-noms-pour-grands-parents,8923503.php

Voilà.
Comme je ne suis pas inspirée, c'est à toi de jouer :
Trouve-moi d'autres idées, qui ne sont pas dans l'article ci-dessus.
Sachant qu'Abuela et Mouna sont pris par les Grand'mères paternelle et maternelle, et que Mounie est le nom de ma Belle-mère (ce qui exclu Moune, qui m'aurait bien plu, M. Pennac...).
Alors ?
Vazy !
Suggère !
Mais reste poli, s'il-te-plait !
:o)

samedi 28 septembre 2013

déguisement

Il y a 15 ans, bientôt 16, j'ai mis au monde une petite fille, une merveille, un cadeau du bon Dieu... Madounette.
Trois jours après sa naissance, elle souriait déjà aux infirmières descendues du bloc opératoire pour se changer les idées à l'étage natalité.
Et j'ai à peine eu le temps de dire OUF ! qu'elle s'est transformée en jeune-fille... d'un coup d'un seul.
Et comme elle est volontaire et qu'elle a de la suite dans les idées, aux beaux jours de l'an passé (enfin, ils pleuvait à verse, mais c'était presque l'été ! En juin, quoi !) elle m'a demandé de lui coudre une robe pour sa fête de fin de collège.
Ma mère cousait. Très bien.
Moi, j'ai jamais eu la patience, alors j'ai jamais vraiment appris : elle faisait pour moi !

Mais c'était sans compter sur Madounette.
Elle m'a embarquée au grand marché aux tissus.
Elle m'a fait acheter un patron de robe du soir.
Elle m'a fait acheter du tissu.
On a fait rigoler les vendeuses, assez ébahis par ma naïveté et son enthousiasme ("Et vous n'avez jamais fait de robe avant ? Jamais cousu de vêtement ?! Ah, oui, il vous faut un patron ! Mais ça ne sera pas facile hein ! Oui, il y a écrit facile sur la boîte, mais si vous n'avez jamais cousu..."... Pffff !).

Ce que Madounette veut, Dieu veut ! (c'est sa devise, je crois. A Madounette, pas à Dieu ! Quoi que...).
Et puisqu'elle avait tellement envie, je l'ai faite, cette robe !!!
En plein mois de juin : un mois à peu près aussi pire que septembre, sauf que t'es plus fatiguée.
Je l'ai faite !!! Et j'en suis drôlement fière ! De la robe... et de la fille qui la porte !
Merci Madounette, d'avoir cru en ta mère, que même elle, elle n'y croyait pas !

Elle est belle, hein ?

Hein qu'elle est belle ?

La fille,j'te dis ! Même en jean's, elle est belle... alors en princesse !!!

mercredi 25 septembre 2013

A vot' bon coeur m'sieur dame !

Ami Lecteur,
Comme toi, je reçois plus ou moins régulièrement des fakes. Pour parler français, des attrape-nigauds envoyés tout exprès pour tromper le naïf et le généreux et lui soutirer des renseignements, voire des picaillons.
Je les repère assez vite, et ils disparaissent invariablement dans ma corbeille virtuelle.

Parfois pourtant, la curiosité me pousse à les lire...
L'autre jour, je suis tombée sur celui-ci, qui était allé bien sagement se ranger dans ma boîte spam, et je ne résiste pas à te le partager, tant il m'a fait rire par sa syntaxe improbable, ses redondances superfétatoires, ses cascades de catastrophes et ses exhortations spirituello-financières !
Peut-être un jour aurais-je le temps d'inventer une réponse à la hauteur, que je te partagerai aussitôt (et à toi seul : j'aurais trop peur de me faire harponner par ces arnaqueurs professionnels !).
Vois plutôt :

Bonjour Bien aimé ,
De nos jours, les prières valent du temps; beaucoup plus précieux que l’or et le diamant. Vous seriez présentement en train de surmonter de durs moments, mais sachez que le seigneur est prêt à vous bénir sur un chemin, c'est-à-dire dans des situations où lui seul peut vous aider à y garder foi. Je me présente, je m’appelle Madame Rosine BOUCHARD ; Je suis mariée , a Feu , c'est-à-dire au défunt, mon époux Pascal McDUFF de nationalité canadienne , de mémoire glorieuse et bénie qui était un ingénieur consultant en république du Cote d'Ivoire pendant neuf ans. Au bout de six ans de mariage, il mourut après une brève et simple maladie de 4 jours. Depuis sa mort, je me débattait aussi dans des maladies comme le cancer du cerveau et le diabète ce qui m'as pousser à venir me soigner ici à (LONDRES). Tout récemment, mon docteur m’as dit que je ne survivrais pas au bout des trois prochaines semaines à venir, ceci dû à mon problème de cancer qui me gênait depuis fort longtemps. Ayant connu mon état de santé actuelle, ma décision est de faire don, à une organisme de charité , tout ce que j’ai hérité de mon marie défunt. Dans la crainte de trouver des personnes de bonnes moralités qui puissent utiliser cet argent à de bonnes fin , je vous ai choisi par mis ceux que Dieu à voulu bénir et c’est pourquoi j’ai décidé de vous légués ma fortune de TROIS MILLION VINGT CINQ MILLE DOLLARS US (3.025.000 Us Dollars)

Avec toute la modestie et la sincérité d’une donatrice. Le monde se pervers tellement sur la miséricorde de Dieu que j’ai pris cette décision parce que je n’ai pas eu d’enfant avec mon marie qui puissent hérité de cet argent , non plus je n’ai pas de famille car pour mettre fiancé avec un homme de couleur noir après la mort de mon époux Pascal McDUFF ,ma famille m ‘a rejetée pour la ,simple raison que ce fiançailles est contraire à la coutume de ma famille. Aussi bien j' aurais légué ma fortune à mon actuel amant, mais ce dernier est tellement mauvais de caractères qu’il court un peu partout pour avoir mon argent en ce moment alors que je suis encore vivante dans ma situation .Pour mes autres bien matériel , qui ne sont pas en argent bien sûr , j’en ai fait une bonne distribution.Je suis persuadé que après ma mort je serai avec Dieu le plus miséricordieux et bienfaiteur. Comme je suis actuellement à l’hôpital, me communiquer avec le monde extérieur m’est permit qu'une seule fois par semaine ou je peux me déplacer alors j’en ai profiter pour vous envoyer ce message d'appel urgent. Aussi je ne voudrais pas que mon amant toujours à rôder autour de moi à cause de ma fortune soit mis au courant de ce message que je lance sur Internet; pour ce fait je vous invites à faire preuve de DISCRÉTION autour de vous.

Aussitôt que je reçois votre réponse, et votre disponibilité confirmer de recevoir cet argent et de l’utiliser honorablement , je vous donnerai le contact de l’institution en république du Cote d'Ivoire qui attends mes instructions avant de transférer ce fonds à celui que je leur indiquerai. Je voudrais que vous sachiez que ce fonds que vous recevrez comme don de la part d’une femme mourante , vous en fassiez bon usage , en l’utilisant pour bénir d’autres pauvres (telles est mon vœux le plus cher en ce moment) et ainsi vous n’aurez pas de problèmes avec les clauses que j’ai établies avec mon institution où j’ai déposé l’argent et qui se chargeras de vous transférer discrètement l’argent. Je vous pris de bien me répondre sur mon adresse mail personnel: rosine.bouchard@gmail.com
Que la Paix et la miséricorde de Dieu soient avec vous.
Mme Rosine BOUCHARD


C'est pas beau ça ? Même au cinéma, on n'oserait pas en mettre autant ! Ca serait pas crédible...
:o)

samedi 21 septembre 2013

Bilan conclusif

Ami Lecteur, tu te souviens de mon grand léger découragement de cet hiver ? J'avais pris le temps de te faire un "bilan intermédiaire", pour reprendre la terminologie de la formation des maîtres...
Il est temps, à présent, de te donner des nouvelles de ces enfants que j'avais cités alors...

Il y avait An, interne, qui est un petit garçon adopté, nord-africain, en recherche intense d'identité, dont je t'ai déjà parlé ici. Nous l'avons gardé en CP, après lui avoir bien expliqué pourquoi. Il est plus paisible que l'an passé et essaye de faire le "grand". Pas facile quand même...

Il y avait Nie, externe, qui m'a tellement mobilisée, pompé une énergie folle, prise dans ses colères, ses accès de rage, ses menaces (Ah ! Ses petites dents autour de mon poignet, juste à la limite de la morsure, et ce regard qui disait : "je peux le faire, si je veux !). Elle est cette année suivie étroitement par un CMPP. La mère voit également une thérapeute. Et Nie est en internat.
Son enseignante est nouvelle dans notre école : elle est déjà en difficulté. Heureusement, l'équipe sait se mobiliser pour, solidairement, aider la maîtresse et l'élève !

Il y avait Iva, interne, cette année externe. Madirlo, alors qu'Iva et sa sœur étaient à nouveau en panique pour une semelle décollée ("Mama va me frapper ! Fort !") a décidé de voir la mère pour mettre les choses au clair. Il y a une telle tension dans cette famille... brrrr ! J'espère qu'on arrivera à faire avancer les choses !

Il y avait Maro, interne. Cosette ! Identique à elle-même, elle a toujours mal quelque part. La bonne nouvelle, c'est qu'à la suite de notre signalement, les services sociaux sont dans le coup.
La mère est en grande souffrance et n'arrive pas à aider son enfant. Le suivi psy en CMPP n'a pas été honoré comme prévu.  J'espère que l'assistante sociale pourra donner un coup de main de ce côté-ci, malgré les grandes réticences de la mère à se faire aider. Histoire compliquée...

Il y avait Max, externe, qui est ravi d'être en CE1. Pour l'instant, je n'en entends pas parler. Mais dès qu'il me voit traverser la cour, il vient me raconter comment il a réussi à battre les grands au foot ! (la cour des grands est réservée aux élèves à partir du CE1).

Il y avait Ad... il a changé d'école. Les parents, séparés, n'ont pas su être suffisamment cohérent dans le discours tenu à leur fils pour qu'il se sente bien en internat. Pas de nouvelles depuis.

Il y avait Dest, interne, qui s'est bien mise au boulot en fin d'année... mais qui passe toujours son temps à râler !

Et puis, il y a tous les autres, qui auraient besoin d'attention et d'un suivi rapproché :
Man a fait de vrais progrès et s'exprime bien mieux. Sa famille a l'air ravie de l'école.
Aub, si angoissé, a un bon sourire. Ses parents trouvent que nous avons fait des miracles : les maîtresses d'avant leur avaient dit que leur fils était limité... Il poursuit en CE1 : la maîtresse l'a bien repéré.
Bat, je n'en ai pas encore entendu parler : les autres prennent trop de place !
Et Em, est toujours aussi discrète et travailleuse.
Et Roma, a également changé d'école : sa mère n'arrivait plus à payer l'internat... et ne bénéficiait pas d'aide, ni du père des enfants, ni de l'Etat... dommage !
Et... Voilà !

En tous cas, c'est super de les voir grandir, de les croiser dans la "cour des grands", et de les entendre regretter le CP ! Pfff... Quelle aventure, quand même, cette première année !
:o)

mardi 17 septembre 2013

DON'T RETALIATE


J'ai un ami dont la fille, adolescente, s'est suicidée, il y a quelques années.
On a ensuite découvert qu'elle avait sombré à cause de relations néfastes et destructrices via internet.
C'est pourquoi je vous invite à voir cette très belle et très explicite vidéo sur ce sujet ici :



Restons attentifs...

lundi 16 septembre 2013

TADAAAAAAAAAAAAAAAAAAAM !

Merci Jack !
 
Salut la Compagnie !
Salut, Ami Lecteur !
Je suis reviendue ! Et je suis pas mourrue !
Yééééé !

Bon, je ne suis pas noyée, mais je suis fort occupée, comme tout le monde à la rentrée, car, je te rappelle, Ami Lecteur que, comme le bandeau de ce blog l'annonce, je suis :
  • prof des écoles,
  • femme de mon homme,
  • mère de mes enfants,
  • nourricière,
  • costumière,
  • lavandière,
  • couturière...
(et j'ai oublié de mettre)
  • belle-grand'mère
  • formatrice d'occasion, et les occasions sont fréquentes,
  • gestionnaire de sites internet (familial et assoc.),
  • comptable (mon mari est passé de salarié à entrepreneur... ouch !),
  • et architecte amateur (demande/permis de construire pour un truc à la campagne... je me suis mise à Sketchup : ceux qui ne connaissent pas, je vous conseille ce logiciel étonnant !).

Pour arranger le tout, mon frigidaire perd les eaux,
Ma télé fait des lignes,
Mon robinet d'évier se délite,
Et on a eu un dégât des eaux pendant l'été : il faut que je m'occupe de l'assurance...

A part ça, tout va bien !
Je me suis dit aujourd'hui : allez, même si personne ne m'a envoyé d'input dans mes commentaires de blog, il est temps de donner des nouvelles : ils vont croire que je suis fâchée !
Et là...

SURPRISE !

Huit personnes m'avaient laissé un gentil mot sur l'article du mois d'août. Seulement, j'avais oublié que j'avais changé mes paramètres pour éviter les spams intempestifs : Les comm. sur les articles vieux de plus de 15 jours doivent être agréés par ma personne ! Ils m'attendaient tous bien sagement backstage !
Merci Ami Lecteur, pour tes subtils encouragements !

Pour en venir au vif du sujet, je suis donc rentrée et bien rentrée, en CP, pour une deuxième année de folie.
Mon groupe est très sympathique, même si, évidemment, j'ai quelques zozos qui maintiennent la réputation de Monécole pour ce qu'elle est  : un lieu de mixité et de riches échanges.
J'ai deux enfants qui devraient bénéficier d'une AVS, chacun à 50%.
Ca tombe bien : on a deux super AVS dans l'école qui doivent compléter leur temps. Le hic, c'est qu'elles sont toutes les deux prises le matin dans d'autres classes, auprès d'enfants handicapés en inclusion (quel mot ! j'aimais mieux dire "intégration"...).
Imagine : seule à la barre tous les matins (apprentissages ++), et trois adultes en classe l'après-midi...
Hum...
On cherche une solution !
Nous faisons le grand écart comme chaque année... cette année encore un peu plus, entre An, que nous avons gardé avec nous et qui arrive comme s'il n'avait rien appris l'an passé (ce qui est à peu près le cas !) et El, qui vient tout droit de Moyenne Section, qui lit comme toi et moi, et qui écrit déjà "canard" en attaché sans oublier le "d" muet.
Hum encore !
Vive la différenciation !
Allez. Je ne veux pas te saouler dès mon premier article de rentrée, Ami Lecteur.
Je reviendrai bientôt.
Et peut-être même, un jour de disette, je te parlerai de mon Papa-fou de l'an passé et de ses balades en chaussettes...
Cho !
:o)

mardi 13 août 2013

Et voilà !

Oui.
Et voilà !
Je t'ai demandé, Ami Lecteur, quelques jours pour décompresser.
Pour me poser avant de te raconter mes dernières aventures scolaires.
Pour laisser passer la Grande Réunion Familiale de la mi-juillet, puis le Dîner des Voisins Normand, puis la Fête de la Mer et son cortège d'activités périphériques (organisées, non pas consommées...).
Et voilà !
Tous mes souvenirs sont à présent loin loin loin derrière moi.
La nouvelle année se profile déjà devant.
Et moi, je ne trouve plus les détails, l'énergie... l'envie ? De revenir sur des anecdotes qui sont déjà enterrées profond.
Oui, je sais : j'avais annoncé tout un programme de réjouissances. Mais bon. D'autres aventures nous attendent en septembre non ?
Allez, patience (et longueur de temps etc.).
Profite bien de ce magnifique été, et reviens donc me lire à la rentrée.
:o)

PS : et -oui- j'ai vraiment eu un papa-fou au CP... qui est venu en chaussettes à l'école, et qui a fait une intervention au micro lors de la sortie sportive pour expliquer à son fils l'essentiel de la vie.
Charmant au demeurant... mais assez... inattendu !
:o)

samedi 29 juin 2013

VACANCES !

C'est les vacances !
J'ai rendu mes élèves hier...
Tous...
Après d'ultimes aventures !
J'ai des tas de choses à te raconter, Ami Lecteur :
Le Papa Fou du CP,
La robe du soir de ma fille,
Les pompiers à l'école,
Le bilan de mon année chez les petits...
Mais en attendant de me poser pour le faire, je t'ai mis du ciel bleu (mais pas trop...), histoire que tu profites un peu de l'été dans ton ordi.
A cho !
:o)

jeudi 20 juin 2013

Système D

Ce matin, Ami Lecteur, une anecdote qui te confortera dans l'idée qu'il ne faut jamais se laisser arrêter par un obstacle, mais bien chercher des solutions pour le surmonter.

Anecdote [ON]
Tout commence dans ma classe de CP que tu commences à connaître un peu.
On est en demi-groupe (la moitié de la classe est en anglais avec Superteacher).
Les enfants se déplacent pour aller chercher leur cahier d'écriture dans leur casier mural, il y a donc quelques mouvements dans la classe, puis chacun se met au travail. Le groupe est calme et l'activité commence dans de bonnes conditions.
Pourtant, un enfant lève la main et sans attendre me dit "Maîtreeeeesse, An il a coupé les cheveux de Bat !"
Je fronce les sourcils.
Un second réitère quelques secondes après (c'est la fameuse "réplique" bien connue du tremblement de terre).
Mon regard se fait sombre.
Je m'approche d'An, qui justement rechigne à ouvrir son cahier. Et là, KESKE J'VOIS PAR TERRE ???

Une magnifique mèche de cheveux châtains, tout à fait dans le style de ceux de Bat, assis à l'autre bout de la classe, et qui semble très absorbé dans sa page d'écriture.
Je sors sur le pas de la porte avec An, la mèche à la main, et le somme de s'expliquer.
"C'est Bat qui me l'a demandé, s'exclame-t-il en tout innocence !"
Je fais venir Bat qui nie... Et je les envoie tous les deux, la mèche à la main, s'expliquer avec Madirlo : j'ai d'autres chats à fouetter !

A l'heure du déjeuner, débriefing de Madirlo
Les deux garçons se sont expliqué très honnêtement.
An a une passion pour les cheveux. Il aime, le pouce dans la bouche d'un côté, caresser la tête d'un camarade à porté de main, comme on laisserait aller ses doigts dans la fourrure de son chat.
Et là, ce matin, les cheveux de Bat sentaient si bon la piscine !
Trop dommage que Bat ne puisse en profiter... vu leur courtitude... (j'invente les mots que j'veux !).
Mais non, An ne se laissera pas arrêter pour si peu : il a la solution !
Couic ! Une bonne mèche prélevée au hasard permettra à Bat de sentir ses propres cheveux sans attendre qu'ils aient suffisamment poussé pour atteindre son nez.
Astucieux, non ?

Madirlo s'est mordu les joues pour ne pas rire.
Elle les a vertement savonnés et les a renvoyés dans la classe.
Ils se sont mis au boulot sans piper.
La chance, dans cette histoire, c'est qu'on ne peut deviner, en regardant Bat, qu'une mèche manque dans sa chevelure.
Ouf !
Anecdote [OFF]

mercredi 19 juin 2013

Dicton du jour...

...entendu à ma dernière réunion de formateurs.
Celui-là, note-le et n'hésite pas, Ami Lecteur, à le ressortir à la moindre occasion :

C'est en se plantant qu'on prend racine
 


Voilà.
Tu as de quoi méditer pour un moment.
Si tu veux, tu peux m'en faire une dissertation en trois parties, c'est dans l'air du temps (MonDoudou passe son bac Français !).
Non, ne me remercie pas : je suis généreuse, c'est dans ma nature.
:o)

lundi 17 juin 2013

Faites la fête (3)

Ami Lecteur, dans mon école, il y a des parents investis (certains).
Dans mon école, il y a des parents inventifs (certains).
Dans mon école, il y a des parents dynamiques (certains).

Du coup, ça donne de drôles de stands à la kermesse.
En voici un, tout nouveau de cette année, et qui a, comme tu peux l'imaginer, remporté un franc succès... auprès des enfants.
Les parents n'étaient pas toujours aussi enthousiastes, va savoir pourquoi ! Jamais contents, ces gens-là !






 
Et toi, raconte-nous ton meilleur stand de kermesse !
S'teuplaaaiiiiiiii !

vendredi 14 juin 2013

Faites la fête (2)

Une ou deux images trafiquées, pour que tu te rendes compte petitement, Ami Lecteur confiné dans ton bureau climatisé (brrrr...), de la magnificence de ce 'pestacle...

Moi, régisseuse, lors de la mise en place d'une scène de Phileas Fogg et Passepartout...

Notre gros dragon du CP...

Nos gracieuses Chinoises (en jaune les CP, en rose les PS) et nos Chinois belliqueux...

Qu'elles sont belles et légères !
 
Le T-shirt des maîtresses, fièrement porté par Madirlo...
 
Voilà.
Je verrai si je trouve mieux à te montrer, insatiable Lecteur.
Dors bien et commente (ou l'inverse).
Moi, je vais faire mes livrets d'évaluation (pfff...).


mercredi 12 juin 2013

Faites la fête !

Ami Lecteur,
Samedi dernier, nous avons eu une magnifique
fête
comme seule notre école en a le secret !
 
Un temps superbe du matin jusqu'à l'heure du rangement (pluie à 23h !)
Un spectacle haut en couleur
Un pari remporté
(Philéas Fogg a bien mis 80 jours pour son tour du monde, nous le confirmons !)
Une kermesse pleine de surprises
(vive les poissons rouges qui font la course dans leur gouttière !...et la tête des parents quand leur rejetons se ramène avec le 'tit poiton dans son sac plastoc ! Mmmm...),
Et un dîner dansant exotique, délicieux et animé !
 
Sache, Ami Lecteur, que dans mon école, ce sont les parents d'origine étrangère (beaucoup d'Afrique) qui apportent les plats typiques issus de leur culture. Et ils sont très fiers d'expliquer ce qu'il faut manger, comment, avec quoi... C'est parfois étonnant, souvent excellent !
 
 
Cette fête est toujours réussie grâce à la participation de tous.
Grâce à ceux qui ont aidé à fabriquer les costumes des enfants,
A ceux qui les ont maquillés, habillés, 
A ceux qui ont installé les stands de la kermesse,
A ceux qui les ont tenus tout l'après-midi,
A ceux qui ont apporté des plats pour le dîner du soir,
Et à ceux qui ont rangé le lendemain !
Et merci à tous ceux qui sont venus et ont applaudi les enfants !
 
...
...
 
Et pas merci aux trois parents de CP qui n'ont pas amené leurs enfants, sans prévenir, et sans autre excuse, après trois semaines de répétitions acharnées que :
Je ne savais pas l'heure,
J'avais mal à la tête,
...
:o(

lundi 27 mai 2013

Trock

Cosette
Faut que je te raconte, Ami Lecteur : Cosette est venue me voir, l'autre jour, dès mon arrivée à l'école.

Cosette, c'est Maro.
Je trouve que ça lui va bien, comme surnom : elle est le portrait craché de Cosette enfant dans la comédie musicale "Les Misérables", qui est sortie au cinéma, il y a quelques temps, et elle a déjà vécu au cours de sa courte vie des misères dignes de son alter ego en littérature...

Elle m'a exhibé fièrement une poignée de billets froissés.
Nous avons compté ensemble son avoir, en les rangeant pour faire plus facile, pour aller plus vite, pour ne pas se tromper :
- 1000... 2000... 3000... 500 et 500, ça fait 1000 de plus, et puis 200... 300... 400 : 4400 ; et voilà les billets de 50 : 1, 2, 3, 4, 5, 6 : 300. Plus 20 et 20 et 3 fois 10 : 70... ça fait en tout 4770 !
- Waaaaaa ! 4770 ! C'est beaucouuuuup !
- Oui, c'est beaucoup : te voilà riche !
- C'est Ad qui me les a donnés : c'est mon amoureux ! Maîkress, tu m'les garde sur ton bureau ?
- Entendu. Tu me les demanderas quand tu voudras les récupérer.

J'ai soigneusement défroissé ses billets imprimés Mickey aux couleurs acidulées, puis je les ai roulés et maintenus avec un élastique, en prévision d'un usage ultérieur.

Et voilà que trois jours  plus tard, Cosette me les réclame.
Je lui indique où elle peut les trouver et elle file.
Elle revient quelques minutes plus tard, très fière, porteuse d'une enveloppe blanche.
Elle m'explique :
- J'ai donné tous mes billets à Ada, du CE1, en échange de sa dent !
- En échange de sa dent ???
- Bah, oui ! Sa dent : elle a perdu une dent ce matin. Et elle était d'accord pour me la donner en échange de mes billets.
- Mais pourquoi tu veux la dent d'Ada ???
- Et bah, comme ça, j'aurais une balle rebondissante et un joli carnet ! Par la p'tite souris !!! Voilà !

...

Je n'ai rien dit.
Sur le moment, je suis juste restée scotchée.
Ou comment truander la petite souris en troquant des faux biftons extorqués à son zazou, contre une ratiche étrangère, à tout juste 7 ans...
Elle est trop forte, Cosette.
Elle s'en sortira dans la vie.
J'en suis sûre !
Et trock ! Et toc ! Troc en stock !

samedi 18 mai 2013

Petite conversation de récréation

- Maîtreeeesse ! Pour le déjeuner, on mange du poisson panné !

- Du poisson pas né ? Comment peux-tu le manger s'il n'est pas né ?

- ??? Gnnn ?

- Je te fais une blague : c'est un jeu de mots. Si ton poisson, il n'est pas né, que sa naissance n'a pas eu lieu, comment peux-tu le manger ?

- AAaaaaah...! ...Refais-le, refais-le, maîtresse ! Pose moi encore la question !!!

- Euh... ton poisson pas né, comment peux-tu le manger, s'il n'est pas né ?

- Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Du poisson panné pas né ! Ha ! Ha ! Ha !... Hé ! RoMa, tu sais quoi, on mange du poisson panné, mais on peut pas le manger, pask'il est pas né ! Pfffff... Hahaha !

- Hein ?

- Bah oui, il est pas né, sa naissance ! Du poisson pas né ! Hihihi ! Au fait, Maîtresse, comment ça nait, les poissons ?

- Les poissons, ça nait dans des œufs, dans l'eau, dans le courant de la rivière, de la mer, ou collés à des algues...

- Ah, oui. Et les sirènes, ça nait comment ?

- Les sirènes ? Mais ça n'existe pas les sirènes !

- Ah, bon ?!!!

- Non, ce sont des êtres imaginaires, comme les dragons.

- Hé ! Tu sais comment elle est morte, la mère d'Ariel la P'tite sirène ? Hein ? Tu sais ?

- Non, je dois dire que je l'ignore tout-à-fait. Elle a une mère, Ariel ?

- Oui, elle a une mère, et même que le jour de son anniversaire, et ben elle était avec une boîte à musique et elle était près d'un rocher dans la mer, et y'a un bateau qui est venu, et elle était entre les deux, et le bateau, il l'a écrasée contre le rocher...

- Beeeeuuuuuuh ! De la purée de sirène ! Le jour de son anniversaire ! Aaaahhhhhrrrggg !...
Bon et bien... J'ai appris quelque chose moi, aujourd'hui !
C'est bien joli tout ça, mais si on rentrait travailler maintenant ? Hein ?

samedi 27 avril 2013

I'm traaiiiite !


"Ta mère, elle vend du bissap sur le trottoir à la Courneuve !"

Jolie création polyculturelle, à la croisée des banlieues françaises et des faubourg africains...

lundi 22 avril 2013

Attention, ça remooonnnnte !

illustration M. Goncalvès
Bon, alors voilà, Ami Lecteur, j'ai vu que tu aimais bien les articles à sensation, genre où je raconte mes poumons qui se font la malle, le passage aux Urgences, le goutte-à-goutte toussa toussa.

Je t'ai fait l'épisode 1 : Pour un pot de miel, elle tombe dans les escaliers de sa cave et elle manque se briser douze côtes. Mais elle remonte son pot de miel, finit son dîner chic et part mourir seule à l'hosto. On l'a renvoie chez elle après quatre heures d'attente et une radio...

Je t'ai fait l'épisode 2 : En finissant son coca sans bulles à la bouteille, elle chope un pneumothorax. Mais elle fait classe quand même à ses affreux, consulte son médecin pendant la récré, et part mourir seule à l'hosto. On la renvoie chez elle après une intervention, une machine à bulles, de la couture, des drogues et quatre jours d'hospitalisation...

Je te fais l'épisode 3 : Ah bah ouais ! Faut savoir hein ! Ne dit-on pas "jamais deux sans trois" ???
Alors voilà, je te raconte. Mais t'as intérêt à mettre des comm. plein de misère  de commisération apitoyée, avec des vrais morceaux de soutien bio dedans, sinon moi, j'arrête !

Alors donc.
Au fil de ma semaine de congé maladie, je me retape. Je retrouve le genre de rythme effréné qu'on se donne en fin de congé mater. : un objectif par jour, pas plus ("Aujourd'hui, je vais acheter une baguette !").
Je fais un achat ou deux.
Je bouquine.
Je dors.
Je range un peu.
Et je vais de mieux en mieux.
Un peu comme après ma chute - épisode 1. Juste avant mon pneumothorax - épisode 2... tu vois ?
Et voilà-t-y pas que samedi soir, pour le dîner, je sors des tas de bonnes choses que ma Très-Belle-Mère (en vrai adorable) m'a achetées la veille, pour me faire du bien et me soulager de quelques courses.
Sur la table, une boîte de taboulé libanais. Tu vois, ce taboulé très vert et citronné, où tu cherches la semoule tellement il y en a pas ?
Je me dis, moi qui habituellement en prends très peu (trop de persil...) qu'il faut le manger rapidement pour qu'il reste bon. Et que ça me fera certainement le plus grand bien, tout ce fer et ces vitamines (pauv'  chout' !). Et puis, ça sent si bon les vacances...

Alors en attendant que la famille se mette à table (raz-le-bol d'appeler, chuis fatiguée, moi !), je mange. Et pendant le repas, je mange aussi. C'est très acide, tout ce citron. J'aime bien. C'est d'ailleurs ce qui fait que je peux manger tout ce persil.
Je propose à mon homme d'en prendre. Il n'en veut pas. Alors j'en mange encore...

Vient la nuit.
Une loooonnnngue nuit.
Mon estomac s'est mis en grève. Totale. Du coup, comme les camionneurs sur l'autoroute, il bloque tout le monde. Et ça râle, là-dedans. La pression monte ! Les syndicats s'en mêlent ! Les médias mettent leur grain de sel... rien à faire ! La situation est enkystée.
Comme la chèvre de Monsieur Seguin, j'ai lutté toute la nuit. Et au matin...

8h30
Et bah, quand ça marche pas dans un sens, faut essayer dans l'autre. C'est ce que mon corps lasse a décidé de faire.

Je te passe les détails.
Sauf que ça a été extrêmement violent et répété.
Que ça m'a provoqué des maux de tête terribles (on dit céphalées, quand on a du vocabulaire).
Que mes essais pour prendre des antalgiques par voie orale se sont voués à des échecs.
Et que je commençais à ne plus voir les touches de mon téléphones, mon mari étant sorti à l'aube....

Lorsqu'il est rentré daredare, appelé par Monfiston, il a immédiatement pris les choses en main :
10h20 - SOS Médecin.
Vomissements ? Céphalées importantes ? Perte de vision ? AUX URGENCES !
Entre le moment où l'homme de l'art a passé la porte et celui où je cherchais à m'habiller, je ne trouvais plus mes mots. Confusion mentale totale. Ca donnait ce genre de dialogue surréaliste (sur le ton de la panique, avec force gestes à l'appui) :

- Passe moi mon... mon... mais si enfin !!! Mon... pour mettre là, sur mes... yeux ! Non, non ! Pas sur mes yeux, enfin ! Sur mes... là ! là ! Mon...

Je ne trouvais plus mes mots. Attention hein ! Je ne te dis pas "Ornithorynque" ou "Tricératops" ou même "palimpseste".
Non.
Pantalon,
Chaussette,
Téléphone...
Le blanc. Le grand blanc. Même pas la queue d'une idée.
Enfin si, l'idée, elle est bien là. Mais le mot, non.
...
...
Et bin je peux te dire que ça fait drôle !!!
Ce bon vieux cerveau, qui te joue bien des tours parfois, en oubliant la p'tite au conservatoire, en allant deux semaines trop tôt chez l'allergologue, ou en disant ceci au lieu de cela (et même que ceci est très embarrassant...) il ne t'a jamais VRAIMENT fait défaut. Tu  t'entendais plutôt bien avec lui. C'est même un peu ton outil de travail, si t'y penses bien...
Et ben là, pouic ! Vacaaaancccces ! Y'a pu personne !!!

11h00 - URGENCES, donc.
Blouse ouverte dans le dos, brancard, drap, perf.
Examens bras, yeux, jambes, yeux encore, signes vitaux, bras encore, yeux encore, prise de sang blablabla...
On va faire un scanner.

Attente dans le couloir.
Attente
attente
attente
attente
attente
attente
attente...

Scanner.

Attente dans le couloir.
Attente
attente
attente
attente
attente
attente
attente...
On a les résultats du scanner : on ne voit rien de particulier (ouf !) mais ça ne veut pas tout dire : quand on le fait très tôt (!), il peut ne rien montrer.
Alors, on va faire une ponction lombaire (! ouille ?).

Attente dans le couloir.
Attente
attente
attente
attente
attente
attente
attente...
Déplacement dans une salle d'intervention.
Visite du neurologue qui repose les mêmes questions. Refait les mêmes examens. Explique tout et lance la procédure de ponction lombaire.
Ponction lombaire ("Ca vous dérange si c'est cette très gentille étudiante en médecine qui vous fait votre ponction ?"... "Naaannnnn ! pensez-vous !").

Attente des résultats et prévention d'une possible réaction post-opératoire.
Attente dans le couloir.
Attente
attente
attente
attente
attente
attente
attente...

Et hop ! Fini !
Rien dans la ponction non plus : pas de trace d'hémorragie céphalée, donc pas d'anévrisme en déroute, d'AVC en goguette, de méningite sauvage...
Prescription d'un IRM à ajouter à ma collection d'examens médicaux à venir, et retour au bercail !

Fin des opérations : 21h30
La maison retrouve son cours habituel.
Dîner, devoirs, histoire, dents...
Ma nuit a été parfaite.
Aujourd'hui, je me porte comme un charme !
:o)

Alors !
T'as vu ce que je fais pour toi, Ami Lecteur ? Pour te tenir en haleine, mieux que Docteur House himself ???
On dit quoi ?
Vazy, fends-toi d'un comm. bien consistant à présent...
:o)

(Et me dis pas que j'ai manqué de prudence, que je n'ai pas pris soin de moi, qu'il faut que je m'écoute plus blablabla ! Même pas vrai. En tous cas, pas cette fois !).
(Et raconte pas non plus cette histoire à mes côpines de Monécole, sinon elles voudront jamais que je revienne jeudi...!).
(J'ai ouvert un nouveau libellé pour mes articles : "santé" !!! pfff... je vais quand même tâcher de ralentir le filon !).