Rechercher dans ce blog

lundi 7 novembre 2011

1ère hypothèse

Chose promise, chose due, Ami Lecteur.
Je te confie aujourd'hui une hypothèse expliquant la disparition de mes clés avant les vacances.
A vrai dire, je te confie ici l'idée qui ne m'est venue que tardivement, et qui m'évitait d'affronter l'autre, celle que j'ai formulée en tout premier, d'instinct... et que j'aurais aimé ne pas imaginer.

Bref, sache, Ami Lecteur, que mon responsable de chaises - celui à qui je confie la clé, donc - n'est autre que Sam. Tu te souviens de lui ? Non ? Et bien, va te rafraîchir les idées ici.
Or donc, j'ai pensé que peut-être, et bien que rabibochés, Bil avait voulu lui faire une blague... une mauvaise blague peut-être, mais bon.
Et qu'il avait caché les dites clés en espérant déclencher un ramdam dans l'immédiat : bien sûr, je demanderai tout de suite où était mon trousseau lorsque, au moment de l'appel, je ne l'aurais pas trouvé. Et bien sûr, ça aurait été un joyeux bazar, avec Sam dans l'oeil du cyclone - c'est de bonne guerre... 
Bil aurait pu faire lanterner un peu la chose pour ensuite rapporter triomphalement le trousseau. Ou le laisser bien en vue quelque part.

Malheureusement, mes clés, je les ai totalement oubliées jusqu'au soir. Et j'ai pensé que, si Bil avait fait ce coup pendable, peut-être lui aussi les avait-il oubliées, une fois son forfais accompli.
Or donc, encore une fois, il se trouve que lorsque je me suis affolée en fin de journée, Bil avait déjà quitté l'école.
Et que la semaine suivante, lorsque j'ai exprimé mon désarroi à la classe, à plusieurs reprises et en faisant monter la pression un peu plus chaque jour, et bien... Bil était absent. Toute la semaine.
Si c'était lui qui avait fait le coup, il n'avait pas pu rattraper le truc. Même pas au courant !

Seulement voilà.
Jeudi dernier, jour de rentrée, alors que nous étions seuls dans la classe pour rattraper cette fameuse absence, à l'heure du déjeuner, j'en ai profité pour raconter mon histoire à Bil. Toute l'histoire. En insistant sur le fait que je le voyais bien faire une drôle de blague à son pote Sam. Et que - c'est ballot - il n'avait pu résoudre par la suite, du fait de sa maladie.
En insistant bien sur le fait que je n'étais pas du-tout-du-tout fâchée, mais que j'avais besoin de comprendre. Et de ne pas accuser quelqu'un d'autre à tort.
En insistant bien sur le fait que ce serait tellement plus simple et léger si c'était cette histoire là, la bonne : une blague qui tourne court.

Seulement voilà.
Bil me regardait dérouler le fil de mon récit avec les mêmes yeux écarquillés que ceux qu'il me fait quand je conte Cendrillon de Perrault. Il buvait mes paroles en disant "...et alors ?... et alors ?... et qu'est-ce que t'as fait ensuite, maîtresse ?..."
Impossible d'imaginer une seconde qu'il ait été impliqué dans cette affaire, aussi filou soit-il. Pas avec ses yeux-là.

Dommage. 
Je le lui ai dit : dommage que ça ne soit pas ça, la solution de l'énigme.
Parce que ça veut dire que l'élève qui a fait le coup m'a vue me dépatouiller toute la semaine avec mes problèmes de clés sans ciller. Sans lever le petit doigt. Sans froncer du nez...
Juste avec le plaisir malsain de nourrir sa toute-puissance : je suis plus fort que la maîtresse et je l'em...rde.
A 8 ans, c'est ennuyeux, de raisonner comme ça.

Allez, bientôt, je te raconte la seconde hypothèse, celle qui vient du côté obscur de la force...
Mais que je n'ai pas encore validée : comment le pourrais-je, sans preuves ?

6 commentaires:

chatouille bonheur a dit…

Salut Mistinguette pardonne moi je n'ai pas toujours le temps ces temps-ci de venir suivre la dite histoire mais voila entre mes travaux ( mon travail ) aujourd'hui j'ai prise ce temps qui file pour toi.

Ces navrant quand ton donne tellement de temps aux jeunes de ce retrouver en classe avec un enfant plus difficile que les autres qui a temps ce besoin de faire ce genre de tournette a un prof si attentionné avec ta patience tu finiras bien par faire sortir le chat du sac .

j'espère que ce petit cachotier vas par respect venir t'expliquer si il y a te donner sa raison des faits , du moins le pourquoi de cette disparition de clef.

Bonne journée a toi.

Mistinguette a dit…

> Chatouille bonheur
Merci pour ton soutien !
Je travaille souvent avec des enfants qui "portent lourd" et qui l'exprime parfois par des actes détournés...
Ça fait partie de mon métier, d'apprendre à les décrypter.
Bonne journée à toi aussi.
:o)

chatouille bonheur a dit…

Je vous soutient Mme Mistinguette et je souligne encore votre façon de faire pour avoir fait du bénévolat auprès d'enfant dans le Scoutisme et du avoir recours a la recherche aussi pour les décrypter tout comme vous alors je vous comprend aussi et vous appuie dans le respect.

Je dois dire que mon fils qui pousse et qui a presque 5 ans ces aussi mon plus grand défi a décrypter et disons que vous m'aider souvent dans vos description a encore mieux faire et revenir au mot patience quand quelque fois ma patience diminue alors je respire bien fort hi!hi!

Bonne journée a vous chère Dame il en faudrait plus comme vous au Québec vous faites un beau travail merci au nom de ces enfants que vous aimer je vous admire.

Mistinguette a dit…

> Chatouille bonheur
Merci à toi et très bonne journée !
:o)

Je Rêve a dit…

Et l'hypothèse d'un adulte de passage, qui n'aurait pas voulu laisser les clés sur la porte vis à vis des enfants justement et les aurait déposées en hauteur, ou même qui aurait trouvé le trousseau par terre ?

Mistinguette a dit…

> Je rêve
J'ai bien pensé à ça, bien sûr.
Mais vois-tu, j'ai prévenu tout le monde, équipe de nuit, équipe de jour, ménage, parents, direction... Et puis là, elles étaient vraiment CACHEES. Impossible de savoir qu'elles étaient là sans mettre le nez dessus... et encore !
:o/