Rechercher dans ce blog

mardi 25 janvier 2011

La même semaine...

Ami Lecteur, la veille du jour où j'ai fait mon ski sur lino avec Sa, la journée a été riche de nombreux événements. Je ne peux pas tout te raconter. Mais il se trouve que MaChèreProfd'anglais, inquiète de la violence s'installant en ce moment à l'école, a rédigé un témoignage sur son jeudi après-midi afin que l'équipe se pose un moment et réfléchisse aux moyens d'action qu'elle a à sa disposition pour gérer ce climat instable (Respire ! La phrase est finie !).

Je te livre, avec son accord, son récit (il faut le lire avec un joli accent ukrainien, patrie d'origine de MaChèreProfd'anglais). Dans ce texte, je suis M. (comme Mistinguette) :


C’est en regardant la bouche de F., à la dernière heure de mon travail de ce jeudi, que je me suis dit que vous montrer ma « blessure » et discuter avec les uns et les autres de l’accident, ce n’est pas suffisant… Il faut qu’on trouve une réponse commune à ces violences (graves ou pas) qui se répètent depuis le début de la semaine.

Je vais décrire mon après-midi… Il est possible que ce n’est pas seulement le mal-être de Ham.…  Peut-être, je n’ai pas fait ce qu’il faut pour prévenir l’accident.

14 :05
Je suis dans la classe de CE2. Kal et Do me demandent la permission de distribuer les livres et les cahiers. Je dis oui et je me dirige vers les élèves qui se rangent avec M. après la récréation. Je remarque qu'elle « discute » avec Ham, essaye de le retenir. Il se débat. Je comprends vite qu’il y a quelque chose qui ne va pas et que je dois m’occuper de la classe, les faire avancer vers la salle. Ils se rangent à peu près bien et on avance… Je jette mon regard au fond du couloir en espérant que M. nous suit. Je vois que Ham s’échappe et court vers la porte de la cour.

14 :10
On est dans la classe et M. est là ! Je les fais réviser et je m’occupe de Ilo qui doit travailler seule dans la classe de CM2. Je fais sortir Sa qui continue de jouer avec un petit papier et me répond mal (deuxième fois de la journée). De retour de la classe de CM2, je parle avec Sa dans le couloir et lui demande de se calmer… Elle retourne dans la salle.

14 :15
On commence l’anglais : rituel, on révise quelques mots et phrases pour commencer l’activité « je dessine mon arbre de famille ». J’appelle No au tableau pour qu’il nous rappelle comment le faire, il parle de sa famille.
D. (ens. de maternelle) amène Ham avec qui elle a pris le temps de parler (ses élèves font la sieste). Il est avec les bras croisés et il boude. Il avance vers la table de M., il passe devant moi sans un mot, il ne me regarde pas. Je le laisse faire, je ne l’interpelle pas. Je ne veux pas ajouter « une couche de plus ». Ham discute avec M. et retourne à sa place. (NDLR : il venait pour s'excuser d'avoir lutté avec moi quelques minutes auparavant et de s'être enfui dans la cour).
Les élèves commencent à travailler en autonomie. Je réponds aux questions, je rassure certains. Ham ne sait pas comment s’y prendre (il n’a pas travaillé avec nous depuis 4 séances). Je lui dis que je m’occupe de lui dans 2 minutes, j’attends que tout le monde se mette à travailler. Ham n’est pas content, il tape des pieds et croise ses bras. Je lui dis que ce ne pas bien de répondre d’une telle manière à la maîtresse qui veut travailler avec lui et lui demande d’attendre 2 minutes.

Encore quelques questions des élèves. J’entends des sifflements…  Je vois que c’est Al… il arrête. Ham commence/continue de siffler. Je lui demande de s’arrêter. Il continue et rigole. Je lui demande de sortir de la classe, il refuse. Je ne le pousse pas vers la porte… Je pense que je n’ai assez de force pour cela. M. intervient en lui demandant de venir la voir. Il ne répond pas et reste cloué sur sa chaise. Je passe le « relais Ham » à M. et je m’occupe des autres.

14 :30
La classe change d’activité. J’ignore Ham qui est toujours bloqué sur sa chaise. Je vois qu’il regarde son livre d’anglais… Plus tard, il commence à attirer l’attention de Kal et de Will. J’interviens, il ne doit pas embêter les enfants qui travaillent. Quelques minutes plus tard il décide d’aller voir M.. Il retourne à sa place toujours pas content. (NDLR il m'a demandé d'aller aux toilettes et cette fois-là, j'ai refusé : il s'échappe dès qu'il peut et ne revient pas !). 
Je termine quelques exercices avec la classe.

14 :55
Ham lève le doigt et me regarde dans les yeux. Je lui dis que je vois son doigt et que c’est bien ce qu’il fait… mais que c’est un peu tard vu son comportement et que je vais lui parler pendant la récréation. Encore en colère, il sort de la classe en claquant la porte. Je m’adresse à la classe en disant que Ham ne va pas bien, que je m’excuse à sa place car on ne sort pas de la classe en claquant la porte (c’est « la mode » chez certains CE2). Et que je vais parler avec Ham toute à l’heure..

15 :00
On termine le travail avec la chanson et l’histoire que les enfants aiment bien. Avant de sortir en récréation, je dis à Sou, Sa et Léo qu’elles m’ont mal répondu avant l’anglais, je parle de respect des adultes qui travaillent avec eux…
En sortant de la classe, certains viennent me demander s’ils ont bien travaillé… J’encourage Ow.

L'AVS des CM1 m’attend à la porte pour me demander les nouvelles de Zo (elle a travaillé avec lui pendant 4 séances). Je lui dis qu’il était très calme…

 Au fond de couloir je vois Ham qui commence à discuter avec Ow… Il se jette sur lui. Je cours pour les séparer. Je supplie Ow de ne pas répondre. Ni l’un ni l’autre ne m’entendent. C’est très violent. J’essaye d’attraper Ham par le visage pour voir ses yeux ou pour attirer son regard… Je n’y arrive pas. L'AVS est là. On a réussi à les séparer. Je parle à Ow et je commence à le pousser vers la porte de sortie. Ham n’est plus tenu par l'AVS, il se précipite vers Ow, allongé par terre, et lui donne encore un coup de pied très fort. Je n’arrive pas protéger le corps d’Ow, je pars avec lui vers le bureau de la directrice.

Ow pleure, je lui parle, il se calme. Je peux sortir pour allez chercher la directrice qui parle déjà avec Ham…Plus tard, j’aperçois que j’ai mal au bras et je saigne un peu… 

Voilà voilà !
Des comme ça, il s'en passe tous les jours. C'est assez spécifique à la composition de cette classe de CE2 dont je t'ai déjà parlé en début d'année...
Il va falloir qu'on trouve à présent des moyens constructifs et positifs d'inverser la vapeur et de redonner à tous, adultes et enfants, un regard positif sur chacun. C'est pas gagné !
Vous avez des idées ? Je suis preneuse !

9 commentaires:

Naternelle a dit…

Le sujet de l'arbre généalogique a peut-être mis le feu aux poudres non ?
Une idée ?
Et si au lieu de discuter, expliquer, on imposait, ordonnait, exigeait ? Mais vous avez peut-être déjà essayé ?
De toutes façons, je dis ça moi mais je crois que je ne tiendrais pas un seul jour comme ça.

Flo a dit…

mettre en place un conseil de classe pour créer et ratifier un règlement dont tous les élèves seront signataires: 3 colonnes pour ranger toutes les idées (ce que je peux faire, ce que je dois faire, ce qui est interdit)

c'est un travail de longue haleine, mais qui porte vraiment ses fruits...

raconter beaucoup d'histoires (pour mettre des mots sur les maux), s'essayer à la philo...

pas de remède miracle, les enfants les plus turbulents sont souvent ceux qui ont l'histoire la moins facile...

bon courage!

christellemars a dit…

Pour mettre en place le conseil d'enfants, je commence par leur donner un "cahier du conseil". C'est là qu'ils écrivent sur les sujets qu'ils veulent aborder ( même des choses comme "truc m'a insulté" ) , ce qui permet de différer le moment de gérer les conflits.
Quand on lit le cahier pendant le conseil ( présidé par un enfant élu ) souvent le fait d'écrire a apaisé la situation.

Anonyme a dit…

Non pas de solution. Mais ces enfants relèvent-ils encore de vos compétences?
...
Désolé mais je pose la question...

bon courage!! que la force soit avec toi!!!

a+
yann

Mistinguette a dit…

> Naternelle
Pour avoir longtemps vécu dans cette école, imposer, ordonner et exiger ne suffit pas. Si ça n'est pas accompagné par expliquer, discuter, faire réfléchir et grandir, c'est stérile : le climat se durcit et la communauté se divise en deux groupes distinctes : ceux qui sévissent et ceux qui subissent...!
La difficulté est de justement doser les deux axes... :o)

> Flo
300% d'accord avec toi : j'ai d'ailleurs participé à l'élaboration d'une mallette pédagogique sur ce thème "des mots pour dire les maux" !
Nous sommes en train d'oeuvrer dans ce sens...

> Christellemars
300% d'accord avec toi aussi : j'ai très longtemps eu une "boîte aux lettres" qui avait le même rôle que ton cahier. Je vais la remettre en place en CE2... Merci de me rappeler les bonnes idées !

> Yann
Tu as raison : la question se pose de nos limites. C'est une question difficile qui amène quelques tentions dans l'équipe... :o/

Armand a dit…

Chère Mistinguette,
"La soumission à un homme faible est discipline. La soumission à un homme fort est servilité." (Gilbert Keith Chesterton.)
Amitiés
P.S. Il est des femmes qui valent des hommes forts! ;) ;) ;)

Mistinguette a dit…

> Armand
Dieux fasse que mes élèves ne soient pas serviles...
Mais s'ils pouvaient être un peu -juste un peu, hein - obéissants... J'apprécierai !

Mlle Inestimable a dit…

Bon, le point positif là dedans, c'est que je me sens moins seule dans ma galère. Si j'ai bien tout compris, tu es dans une école avec un contexte un peu spécial. Moi je suis prof stagiaire dans une école près d'un centre ville, et des cas comme ça j'en ai aussi. Ma tutrice venue me voir vendredi m'a dit qu'elle ne savait pas comment je faisais pour gérer autant de violence tous les jours, elle qui a des maternelles.
Cette semaine, j'ai eu ma première altercation 'physique' avec mon élève à problème. Après les insultes, les doigts d'honneur, il a envoyé valdinguer le matériel de la classe, et j'ai dû le maîtriser pour éviter qu'il ne blesse des élèves. Tous les jours, il frappe des enfants, il n'a aucun respect pour personne. Les parents sont plus jeunes que moi et la mère a déjà fait plusieurs tentatives de suicide. Il est suivi par la psy scolaire ... honnêtement, j'ai plaisir à aller dans ma classe le matin, mais l'idée de l'affronter m'épuise d'avance.
Comment fais-tu?

Mistinguette a dit…

> Melle Inestimable
... comment te dire ? Ce qui nous sauve, dans cette école, c'est le travail en équipe. Les enfants vraiment très difficiles, qui pourrissent l'ambiance de classe de façon trop destructrice, on les gère à plusieurs : il nous est arrivé l'an passé de récupérer chaque matin pendant 1h30 un enfant que son maître ne supportait plus, et qui en jouait.
On essaye aussi de faire avec des bénévoles : une ancienne directrice d'école prend 4 de nos zozos chaque lundi matin, pour permettre à tout le monde -eux comme nous- de commencer la classe dans de bonnes conditions.
Sinon, rien de bien nouveau sous le soleil : encourager, féliciter, responsabiliser chaque fois que c'est possible. Rédiger à 4 mains un contrat de comportement avec très peu d'objectifs, atteignables, et visés chaque semaine... signé par l'enfant, l'enseignant, le CE et les parents. Des rendez-vous de suivi avec parents et CE très réguliers... ?
Bon courage ! :o)
Et appuie-toi autant que possible sur l'équipe !