Rechercher dans ce blog

dimanche 4 avril 2010

technic woman

A déjeuner, Coco et Lili viennent me voir à mon bureau, avant de sortir en récréation. Ils ont un problème : leurs cordes à sauter sont nouées l'une à l'autre pour former une grande corde. Or à présent, ils veulent les séparer. Seulement, ce sont des cordes en caoutchouc (rose) et le noeud est trop serré. Pourrais-je les aider ?
Je tente le coup, puis voyant que la chose semble ardue, tout en changeant mon fusil d'épaule, je leur explique ma stratégie de résolution (waouh, on sent la maîkresse qui parle !) :

"Vous voyez, quand vous avez un noeud trop serré, vous pouvez prendre un objet pointu, un stylo par exemple : vous l'introduisez dans le noeud. Non seulement, il commence déjà à écarter les brins noués, mais en plus, vous pouvez l'utiliser ensuite comme levier pour tirer et élargir le noeud à défaire..."

Ils me regardent faire, yeux écarquillés, véritablement médusés par mon efficacité et puis, comme sortant d'un rêve éveillé, Coco dit dans un souffle :

"Ah bah, Ôrosement qu'on en a une maîtresse qu'a d'la technique, nous !"
...
Ça... ça ressemble bien à un compliment, ou je me trompe ?
Bonnes Pâques, ami lecteur... n'abuse pas du chocolat : l'été approche !

2 commentaires:

Mimi-Je Rêve a dit…

Héhéhé, c'est ça les maîtresses, toujours une solution à tout !
Surtout en corde-à-sauter/fermeture-éclair/queue-de-cheval/lacets/...

mamyvette a dit…

c'est vrai, maîtresse c'est 36 métiers en un!!! (voir les dessins de danger école!)