Rechercher dans ce blog

mercredi 20 janvier 2010

Le truc qui pendouille...

Hier, j'ai gardé une de mes élèves entre quat'zyeux à l'heure du déjeuner pour lui faire rattraper une phrase de dictée qu'elle avait manquée pour cause d'absence maladive...
Je dois te dire, Cher Ami Lecteur...

[MODE aparté ON]
Je te caresse dans le sens du poil, Cher Ami Lecteur, pour t'inciter à prendre la plume et semer des commentaires de-ci de-là sur ce blog : j'ai remarqué que tu te laissais aller à la paresse ces derniers temps, et que la boîtacom. avait comme un coup de mou... Or une boîtacom. dépressive, c'est bon pour personne, hein : ça déprime l'auteur, qui se décourage, produit moins et du même coup déprime le Lecteur... Tu veux déprimer, Cher Ami Lecteur ? Non ?
...
Alors tu vois ce qu'il te reste à faire. A bon entendeur...
[MODE aparté OFF]

Je reprends, donc :
Je dois te dire, Cher Ami Lecteur, que chaque jour nous faisons, Mamoitié et moi, une phrase de dictée. Sa relecture est guidée, sa correction interactive. Nous espérons ainsi inscrire des automatismes de relecture et de compréhension orthographique chez nos élèves - l'espoir fait vivre. Les phrases de la semaine sont ensuite la matière première de la "vraie dictée" hebdomadaire. Tu me suis ?

Or donc, je faisais rattraper la phrase non-faite à cette élève et je jetais un oeil sur son premier essai pour l'aider à identifier ses éventuelles erreurs. Et voici le dialogue qui s'en est suivi, et qui m'a joyeusement liée à un article posté ici ("Cédille" / 10 janv. 01) :

- Ah ! Je te félicite, O. : je vois que tu as pensé à la cédille de garçon, bravo.
- Bah, oui, parce que sinon ça ferait... enfin... oui, ben, voilà hein !
- Oui, voilà voilà, ça ferait... hein ?
...

Hahaha. Moi, ça me fait rire...
Et si tu trouves que je ris de peu, Cher Ami Lecteur, dis-toi bien que c'est sans doute LA qualité qui permet de survivre dans cette belle profession !
Et toc !

7 commentaires:

Bellzouzou! a dit…

ça me rappelle la chanson fameuse que me chante régulièrement encore ma Minipuce "gare aux cons, gare aux cons qui perdent leur cédille, lilali lilala...."
(et pour l'humour dans le métier, tu as tout à fait raison: on devrait fou sans, je crois!!)

Ludo a dit…

Comme Bellzouzou, ça me rappelle la "fameuse" chanson.

Effectivement, c'est marrant. J'imagine bien la tête de la gamine, terminant sa phrase dans un charabia incompréhensible afin de ne pas dire le mot interdit...

*Kati* a dit…

Dis donc toi! tu sais pas que c'est interdit de rester seul(e) avec UN(E) SEUL(E) élève...??

Il est aussi interdit de voler,pour un titre raccoleur, une expression d'une innocente petite fille (même si tu as cité tes sources)!

;)

Mistinguette a dit…

> Kati
J'ai dit que je l'avais gardée entre quat'zyeux, mais j'aurais pu ajouter qu'une 'tite bande d'élèves frileux jouait/bouquinait discrètement dans le fond de la classe : les cours finissent à 11h45 et ils déjeunent au deuxième service à 12h30, alors ceux qui veulent rester le peuvent toujours, à la condition d'être calmes... :o)

*Kati* a dit…

Ah! je vois que ton honneur est sauf...!
Bien!
Et en plus, tu as laissé un mot à Mimi JR au sujet du fameux "truc"...
Re bien!

:))))

Mimi-Je Rêve a dit…

Merci pour le lien, MissTinguette !
Ces histoires de cédilles sont souvent drôles, et pas que à cause des garCons. Les balanCoires, les franCais, et les glaCons, ça me fait rire aussi... que veux-tu !

diane cairn a dit…

du moment que vous z'êtes pas du genre à les brimer quand ils/elles vous font un compte rendu passionné sur un roman cyberpunk ou le pendule de foucault d'eco ...