Rechercher dans ce blog

mardi 10 janvier 2012

Petit coin (2).

Et donc, à 13h20, Madirlo s'apprête à appeler chez le père et moi, je vais rassembler quelques élèves pour l'aide personnalisée (c'est comme ça qu'on appelle le soutien, quand on parle Educ. Nat. NDLR).
Parmi mes zozos, il y a Bil. Tu sais, Bil, je t'en ai déjà parlé : il ne travaille pas beaucoup, mais il est malin comme un singe et surtout, rien ne lui échappe !

Bil vient me voir, après être passé aux toilettes, et me dit, avec ses yeux pétillants et sa voix feutrée de faiseur de mystère : 
- Maîtresse ! Y'a quelqu'un qui se cache dans les WC, là, dans celui du fond...
- Oui, bon, Bil, va vite dans la classe, on va commencer le soutien, là !

N'empêche, je suis allée y jeter un oeil, dans les toilettes des garçons, histoire de me faire une idée.
La cabine du fond était verrouillée. J'ai agité la poignée et j'ai demandé, benoîtement : 
- Il y a quelqu'un ici ?
- Oui, c'est moi, Than !
- ... O_o ! 

Et il sort : son manteau sur le dos, son cartable à la main...
Incapable de dire à quelle heure il est entré dans l'école...
Qui lui a ouvert la porte...
Depuis combien de temps il est dans les toilettes...

A l'issue d'un entretien avec Madirlo, on a fini par reconstituer l'histoire - elle est courte :
Than est bien venu avec sa mère à 8h20.
Il a monté avec elle ses affaires à l'internat.
Puis il lui a dit au revoir et s'est dirigé vers la cour... en passant par les toilettes... où il est resté, enfermé dans sa cabine du fond, de 8h30 à 12h30. Là, semble-t-il, il a cherché à sortir mais... c'est ballot, justement Madirlo, lasse que les CM2 fassent des va-et-vient entre la classe, la cour et les toilettes, en avait fermé la porte à clé... pour ne la rouvrir qu'à 13h20.
Et à 13h30, coup de théâtre et sortie de l'artiste, son manteau sur le dos et son cartable à la main !

Cet enfant est resté cinq heures là, à... penser ? 
Je dois te dire que je suis partagée, entre colère, amusement (c'est dans ma nature, j'ai tendance à voir le comique de la vie) et grosse inquiétude...
Tu admettras, Ami Lecteur, que préférer cinq heures dans des toilettes plutôt que trois heures de classe (AVEC MOI !!!), une heure de récréation et un déjeuner entre copains, c'est alarmant, non ?
...
Oui.
:o/

20 commentaires:

Glandouille a dit…

Ce que j'en dis ? Ben, j'en ris pas (sauf pour pouvoir me distancier).
Ce que j'en dis ? Vraiment ? Tu veux savoir ?

Mistinguette a dit…

> Glandouille
Je vois qu'on est dans le même état d'esprit...
Je prends note d'un dysfonctionnement dans notre organisation d'école : il faut impérativement qu'un enfant noté absent dont on n'a pas de nouvelles soit pointé dès le retour de la feuille d'appel au secrétariat et que la famille soit contacté au plus tôt (comme ça se fait dans le collège de mes enfants).
Nous avons prévu un dispositif spécial pour Than, le lundi matin : désormais sa mère le confiera à un adulte qui le mènera en classe au moment voulu.
Je souhaite prendre un rendez-vous avec la mère et Madirlo afin que nous cherchions des solutions au mal-être de Than... mais connaissant la famille, j'ai peur que le message soit difficile à faire passer !
Essayons... et essayons encore !
:o/

Tili a dit…

Gloups, en effet :-(

Isabelle a dit…

Tout pareil...

Anne a dit…

Ben, mince... La notion du temps est peut être différente pour les enfants de cet âge?

Stéphanie a dit…

Première réaction :
Pôvre petit bout !!!

Deuxième réaction :

Pourquoi il a pas frappé à la porte en hurlant ?

Troisième réaction :
Pôvre petit bout !!!

Céleste a dit…

En même temps, il n'a pas choisi de rester 5 heures dans les toilettes. D'après ce que tu dis, il comptait plutôt en sortir vers 10 h / 10 h 30, non ?
Mais bon, il y a quand même un problème, c'est clair. Et la mère qui ne rappelle pas de la journée alors que vous lui avez laissé un message signalant la disparition de son fils, c'est juste... inquiétant.

le dinosaure a dit…

Pas glop pas glop tout ça...
On dirait la famille de bien de mes élèves... Bon courage!

Mistinguette a dit…

> Tili
Oui, gloups comme tu dis !

> Anne
Sans doute... mais bon... 5 heures !
:o/

> Stéphanie
Sur les 5 heures, les toilettes n'ont été fermées qu'une heure... et rouvertes ensuite. Pendant les 10 min qui ont suivies, il ne s'est pas manifesté davantage. Je pense qu'il serait resté plus longtemps encore !

> Céleste
Non, à 10h/10h30, c'était ouvert.
Ce n'est qu'à 12h30 que ça été fermé !

> Le dinosaure
Pas glops en effet... quand je te dis que mes élèves ressemblent aux tiens en plus petits !

Aline a dit…

Humpf !... Ca me ferait peur, un gamin qui décide de rester enfermé toute la matinée... dans des toilettes en plus !...

agdel a dit…

5 heures, c'est long, surtout au petit coin… mais pour la notion du temps : 2 zouaves de la classe de ma fille (9 ans) sont allés un matin à la rencontre d'un troisième, puis, ne l'ayant pas trouvé, ont décidé de passer chez l'un d'eux jeter un œil sur son nouveau jeu « parce qu'il leur restait du temps avant l'école », ont allumé la console, lancé le jeu… et… sont arrivés à l'école à 10h45 au lieu de 8h30 ! On imagine l'inquiétude des parents prévenus au boulot de l'absence de leurs gamins…

Zozostéo a dit…

Bah, j'aurais préféré qu'il se soit malicieusement caché avec les clefs, rigolant bien de votre inquiétude.

Laure de Montalembert a dit…

Oh, là là . J'ai des tonnes de compassion pour les profs, mais je crois quand même qui j'aurais été scandalisée, en tant que parent. Et comment évaluer la détresse du pitchoun et ses conséquences ? Se sentir oublié si longtemps... Surtout en internat... Quelle horreur !

Mistinguette a dit…

> Aline
Je te l'accorde...

> Agdel
Oui, mais alors ça, je peux parfaitement comprendre : les jeux vidéo ont un côté hypnotisant. Je me rappelle que quand les aînés étaient petits, mon mari essayait leurs jeux et il m'est arrivé de le trouver devant l'écran à 2h du mat... n'ayant pas vu le temps passer !
:o)

> Zozostéo
Oui, moi aussi.
Mais en même temps, je les ai retrouvées, mes clés... alors, bon.

> Laure
Je ne dirais pas "se sentir oublié", mais plutôt "se laisser oublier" si longtemps...
Quelques précisions toutefois :
- Ce matin-là, il y avait 7 absents, Than était donc l'un d'eux et j'avais l'espoir de le voir arriver en retard, comme ça a été le cas tous les lundis du mois de décembre.
- Je m'en suis préoccupée, au moment de l'appel, puis en me rendant au secrétariat pour faire le point sur les absents, puis en le cherchant et en appelant chez lui... Et j'ai pris le temps, lors d'une discussion en tête à tête de le lui dire. Ça m'a semblé important, comme tu l'exprimes si bien ; je lui ai demandé :
"Pensais-tu qu'on allait t'oublier ? Qu'on n'allait pas se soucier de toi ? Tu es important pour cette classe !".
- Enfin, et ça aussi ça m'inquiète fort : sa mère n'a toujours pas rappelé, malgré les messages laissés sur fixe et portable...
:o/

Je pense que, dans n'importe quelle école, tout peut arriver, comme dans la vraie vie... Il importe maintenant que nous nous saisissions de cette situation, de la détresse qu'exprime cet enfant en se cachant le lundi matin, et que nous arrivions à aller de l'avant avec cette famille...

Anonyme a dit…

et ben moi je suis pliée en deux sur ma chaise, quitte à déplaire...je me disais bien que cette école allait me manquer!!! il y a plein d'autres cachettes sympas que je pourrais lui suggérer!!!mais bon je lui laisse découvrir la maison!

bises de ton ex-moitié qui a oublié d'être outrée...

Mistinguette a dit…

> Monexmoitié
Hahaha ! Je te reconnais bien là ! C'est malin...

Moi, ça m'aurait vraiment fait marrer si il s'était amusé : s'il avait retrouvé la cachette-cabane de Zozo dans le jardin, s'il s'était endormi dans son lit, s'il avait été bouquiner des BD dans la salle vidéo, ou grignoter les goûters des maternelles...
Mais dans les chio*tes des garçons !!! Tu te souviens de l'odeur ??? Même si le lundi matin c'est plus supportable, c'est quand même pas top...
:o/

Mais toi, tu as la déformation professionnelle de Notrécole :
"Si tu rigoles pas, tu pètes un boulon !"
Alors bon...
Tu rigoles !
:o)

Laure de Montalembert a dit…

@ Mistinguette : on peut se "laisser oublier" et se "sentir oublié" à la fois. On peut espérer que toute l'école est sans dessus-dessous, dans l'espoir d'être l'unique être qui manque même si tout le monde à fait son boulot. C'est le lot des enfants perdus

Mistinguette a dit…

> Laure
Tu as bien raison. Et je pense que tu as tout à fait saisi les contradictions du petit bonhomme. D'où l'importance d'avoir parlé en tête à tête avec lui après... et de travailler sur cet aspect des choses par la suite...
Merci de l'intérêt que tu portes à ce blog !
:o)

Simon - Les Corps Beaux a dit…

wouah... ce petit a du apprendre la patience !

Névrosia a dit…

J'ai le cœur serré pour cet enfant.