Rechercher dans ce blog

mardi 2 juin 2009

ZZZZIIIIIPPPP !

En ce moment, ami lecteur, tu vas pas me croire : j'ai une tête de femme battue. Un majestueux coquard orne mon oeil gauche et adopte toutes les couleurs de l'arc en ciel au fil du temps qui passe...

A ce stade, logiquement, tu te demandes ce qui a bien pu m'arriver :

Ma dirlo a pété un fusible, a pris en otage toute l'école et m'a frappée pour donner l'exemple ???
L'un de mes élèves n'a pas accepté les justes remontrances de son enseignante désabusée ???
Le père de l'un de mes élèves n'a pas accepté les justes critiques faites à l'égard de son enfant par son enseignante désabusée ???
La mère de l'un de mes élèves n'a pas accepté... blablabla ???

Et bah non. Rien de tout ça (ouf !).

Figure-toi, ami lecteur, que mercredi dernier, après avoir jeté Malouloute à son cours de guitare et intimé l'ordre à Monlulu d'aller la chercher à 16h, je suis partie à bicyclette vers les beaux quartiers de la rive gauche où je devais participer à un groupe de recherche sur l'évaluation (waou ! ça en jette en passant, mine de rien... !). Le soleil brillait. Les 'tits zoiseaux chantaient. Et j'avais une demie heure devant moi pour prendre un café avec une amie avant l'heure de rendez-vous.

Me v'là donc descendant le boulevard Raspail. Pas pressée. Tout droit. En descente. Le vent dans les cheveux. Le sourire aux lèvres. Tranquille.

Et là, changement de programme : ZZZZZZZZZZZZZZZIIIIIIIIPPPPPP !!! J'ai GLISSÉ !

Mon vélo - mon fidèle destrier, acquis à pas cher dans un vide-grenier bourguignon, toujours là quand j'en ai besoin, retrouvé moultes fois à sa place sur les trottoirs parisiens même quand j'oubliais de l'attacher - mon vélo, donc, s'est dérobé sous moi : je me suis sentie partir sur le côté gauche, légère (et heureusement pas court vêtue !), jusqu'à atterrir platement sur la chaussée, amortissant le choc au final par mon arcade sourcilière gauche...

Et là, qu'est-ce que j'entends, venant du trottoir juxtaposé ?

"ENCORE !!! VOUS ÊTES LA 5ème DEPUIS CE MATIN !!!"

J'étais juste devant un lycée. Les profs qui papotaient là ont garé mon vélo, m'ont ramassée, soignée dans l'infirmerie de l'établissement, conseillée... et remise sur pattes, je suis repartie comme en 40, le visage enflé et la chaîne déraillée (le visage de moi, la chaîne de l'engin, si tu suis bien, ami lecteur !).

Rien de grave au final : une estafilade dans la courbure du sourcil et un hématome qui migre doucement dans le sens de l'attraction terrestre. Un bobo à la main droite. Un bleu sur le genou gauche que je ne sens déjà plus. Rien, vraiment.

Ma chance :
- Je suis tombée du côté gauche, ce qui m'a évité de m'assommer gravement sur la barrière métallique qui protège la sortie du lycée.
- Aucun véhicule, bus, taxi ou deux-roues, ne me suivait, ce qui m'a évité de finir en bouillie sur le trottoir.
- Je n'ai pas eu le temps d'avoir peur et je suis restée extrêmement jeune malgré mes 40 ans (déjà ???), ce qui m'a évité de me crisper et donc de me faire plus mal encore.

Ce qui me turlupine c'est ceci :
Qu'est-ce qui fait qu'au jour d'aujourd'hui des gens gentils, prévenants, compatissants (puisqu'ils se sont si bien occupés de moi après ma chute) ne se sont pas sentis suffisamment responsables pour jeter sur la voie une pelletée de sable, de sciure ou de terre sur la traitreuse traînée d'huile (allitération en tr...) après la première, voire la deuxième chute de cycliste ?
Pourquoi appeler les services de la Voirie leur a semblé suffisant, alors même qu'ils avaient pu constater qu'ils ne se déplaçaient pas dans l'instant (ils les ont rappelés une seconde fois après moi) ?
C'est comme si le bon sens avait disparu de nos villes au profit de la procédure, de l'administration, du règlement, que sais-je...

Ça me laisse coite. Pas toi, ami lecteur ?

14 commentaires:

Patricia a dit…

UNE PHOTO !!! UNE PHOTO !!! UNE PHOTO !!!

Mistinguette a dit…

Bah ! Patricia ! C'est toi qui n'as plus les yeux en face des trous ! Y'en a une, photo : en haut à gauche, c'est bien mon noeil à moi... joli non ?

...et merci pour ta compassion. Je n'en attendais pas moins de ta part !!! ;oD

Anonyme a dit…

As-tu vérifié que tu n'étais pas sur Youtube ?
C'est louche tous ces gens qui attendent des chutes de vélo, non ?

Enfin heureusement plus de peur que de mal
Magali

syntaxe a dit…

Bah ! le principal c'est d'être vivant, et pis je sais pas c'était peut être pour eux l'occase de draguer, non ? Chaque fois s'ils ramassaient de jolies jeunes filles en vélo, ils allaient pas lâcher l'affaire ( à condition qu'ils s'agissaient bien de messieurs à la réception :) )

Nath a dit…

Une bonne chute certes mais surtout un article savoureux ...

Bon rétablissement quand même !

Comment va ton vélo ???

Mistinguette a dit…

Le vélo va bien, merci : la chaîne remise en place, j'ai roulé quelques mètres sur le sable d'un square histoire d'absorber la graisse résiduelle, et je suis repartie vaille que vaille... A vrai dire, il grince même moins qu'avant ! ;oD

Em et Ben et M a dit…

et toi? tu grinces moins qu'avant?

ok je sors!

em

strychnine a dit…

Accident du travail donc... Ou pas...
En tout cas, beau cocard!!!
Oui, donc, les gens manquent de bon sens...
Alors, on va dire que comme tu es une femme pleine de ressources, que tu dois certainement cotiser à l'autonome de solidarité des enseignants ( qui a été reprise par la Maif et que maintenant c'est un bordel innommable de payer sa cotisation quand on n'est pas par ailleurs assuré à la maif ), tu vas prévenir la dite autonome de porter plainte contre le maire qui, malgré des appels répétés des gensss, n'a toujours pas fait son taf et que tu t'es fait 'achement mal et que ton vélo est tout cabossé!!
Dans la journée, il y aura du sable répandu par les agents communaux, normalement...
Je sais, on n'aime pas faire ça, normalement, mais il faut le faire! Si, il faut, je te dis!

Stéphanie a dit…

Contente de te savoir en bon état !!!
Mais ce qui me fait plaisir c'est ton histoire ! Etant une ancienne parisienne "boulevard Raspail" - ah souvenir ! Merci même dans ta malheureuse aventure !!!

Mimi-Je Rêve a dit…

Mistinguette, il faut absolument prendre des cours de maquillage : le fard à paupière, au-dessous de l'oeil, pfff, mais alors n'importe quoi hein !

(C'est vrai que c'est bizarre que personne n'ait "agi" plus tôt. Avaient-ils du sable ou de la sciure sous la main, d'ailleurs ? A mon avis, ils faisaient des paris sur les chutes probables, surtout, tu penses !)

Mais quand même, aïe aïe aïe..., je compatis... (tu tombes presqu'aussi souvent que moi, naaan ?)

Mistinguette a dit…

1/ Il avaient sûrement kekchose à balancer sur la chaussée, voire un plot à mettre devant, vu que c'est un lycée technique... mais bon.
2/ Oui, je crois que je tombe presque aussi souvent que toi : on va trop vite, je crois. Le syndrôme "flèche bleu", sans doute (tu regardais ça quand t'étais p'tite ?)... ;oD

Ludo a dit…

Impressionnant !
Quel regard ;)
La question finale me laisse pantois (je ne suis même plus sûr de l'orthographe) : Je t'avoue que je ne sais pas si j'aurai eu le reflexe, malgré un constat de plusieurs accidents au même endroit, de mettre du sable ou de la sciure. J'aurai sûrement été comme les profs qui t'ont soigné, j'aurai appelé la voierie, et même plus vicieux, puisque je crois qu'au bout de 5 accidents au même endroit, j'y aurai caché une caméra.
Remets toi bien !

mamyvette a dit…

fais attention, trop de maquillage, fait vite vulgaire!!!

Anonyme a dit…

C'était pas la semaine des cyclistes! Je me suis pris moi aussi la semaine dernière pour un oiseau au décollage puis pour un Flamby a l'arrivée au cours d'une ballade verte avec Meshommes (Monhommeàmoi, p'tit Jules, et bébé Oscar dans son siège vélo qui a bien résister au choc d'ailleurs... merci le staf technique). La face contre terre puis le nez à nez avec une brassée d'ortie n'ont pas laissés de traces. Moi, j'ai les cocards aux genoux... Je m'inscris donc derrière MimiJeRève et Mistinguette sur la liste des éclopées du cycles... que ça n'empêche pas d'autres amateurs de monter ces fiers destriés.
En tout cas tu aura la palme Mistinguette, ton cocard est de toute beauté.
Anoche