Rechercher dans ce blog

mardi 16 avril 2013

Down...


Ami Lecteur, ces derniers jours, il m'est arrivé une aventure.
Une aventure pneumatique...
Une aventure thoracique...
Bref, une aventure pneumothoraxique ! (j'invente les mots que j'veux !).

Si tu n'as pas été fourrer ton nez dans les comm. de l'article précédent, tu n'en as pas eu vent.
Alors écoute, je te raconte...

Mercredi dernier, je rentre à Mamaison après une matinée intéressante et sympathique avec "mes" professeurs stagiaires au centre de formation.
Je m'attable pour avaler rapidement mon déjeuner, mais au moment de me lever, j'ai une bizarre sensation tout à l'intérieur de mon corps... et comme une légère angoisse : mais keskisspass donc là d'dans ? Me suis-je demandé in peto ?
Inquiète, je me repose un moment, mais décide dans l'après-midi de faire néanmoins mes courses familiales.
Lorsque je me penche pour attraper une boite ou un paquet, booouuuuuh, y'a comme une masse molle, à droite, à l'emplacement de mon poumon, qui semble se déplacer. Je me redresse ; idem.

Il faut que je te dise, Ami Lecteur, que cette sensation ne m'est pas tout à fait inconnue : il y a exactement 21 ans, je l'ai déjà ressentie, de façon bien plus forte encore. Je terminais mes études d'institutrice, et j'avais précisément rendez-vous avec un pneumologue à la fin de la semaine pour obtenir le certificat obligatoire m'autorisant à enseigner.
J'avais donc, malgré mon évident essoufflement, ma toux caverneuse et mes sensations bizarres, attendu le vendredi (pourquoi devancer l'appel ?) et, à l'annonce par l'homme de l'art que j'avais un "beau pneumothorax", j'ai été la première étonnée : C'est quoi t'est-ce, Monsieur le Docteur, un pneumothorax ???
Cet homme était un pédagogue. Il m'a très bien expliqué. Si tu veux savoir, t'as qu'à aller là, ça m'évitera d'allonger inutilement cet article fleuve...
Puis il m'a dit qu'il fallait m'hospitaliser. J'ai proposé d'y aller la semaine suivante, puisque c'était les vacances (Ah, la jeunesse !). Mais il m'a envoyé manu militari, dans l'heure même, à sa clinique pour maîtresses, allant même jusqu'à réserver un lit avant même que j'ai quitté son bureau...

Alors bon. Mercredi, j'ai comme entendu un petit air un peu lointain, mais bien connu quand même, là, à l'intérieur de mon buste...
Mon médecin ne recevant pas le mercredi, j'ai été faire classe quand même le jeudi (ça marche aussi, avec un poumon sur deux). En fin de journée, j'étais fixée : la radio faite à 17h ne laissait aucun doute sur la chose.
Mon poumon droit s'était à nouveau fait la malle sans crier gare... Gnnnn !

Je suis rentrée à la maison. J'ai organisé mon absence (Mamoitié professionnelle, Madirlo, l'instit. spé. qui coanime avec moi le vendredi matin dans notre projet d'inclusion.... et la prof. principale de Malouloute, pour qu'elle transmette à l'équipe de profs du collège les possibles difficultés de celle-ci au cours des jours suivants...).
Ensuite, j'ai aidé Malouloute à faire ses devoirs pour le lendemain, histoire de faire baisser l'angoisse que je voyais poindre.
Et je suis partie.
Aux Urgences.
Mon sac sur le dos, avec bouquins et brosse-à-dents, sûre que j'étais qu'ils ne me relâcheraient pas de si tôt.

Et en effet.
Urgences.
Soins intensifs.
Intervention.
Drain et perf.
Morphine.
Oxygène.
Bip ! bip ! bip !
Pcchhhh... Pcchhh... Pcchhh...
Pneumologie.
Mmmm. Aïe. Ouille. Mmmm.... Ça fait maaaal !
Quatre jours.

Et je suis sortie hier soir, réparée !
Et, Dieu que je suis contente d'être rentrée, malgré les disputes des enfants, les paperasses à écluser, le boulot à finaliser !

Si je dois résumer ce passage à l'hosto, je dirais que j'y ai beaucoup souffert dans mon corps (que les nuits sont longues...), mais que j'y ai fait une expérience humaine riche, celle de la confiance, celle de la rencontre, avec des gens très différents les uns des autres, mais tous attentifs, professionnels, sympathiques et présents.
Si cet épisode ne m'avait pas fait rater la Confirmation de Madounette, suivie à distance depuis mon lit de douleur grâce aux photos et sms de ma famille, je pourrais -presque- dire que je ne regrette pas ces quatre jours.
Mais presque, hein !
Faut pas pousser non plus !

16 commentaires:

anoche a dit…

ah ben dis donc! Tu fais pas les choses à moitié. Contente de te lire de nouveau.

Mistinguette a dit…

> Anoche
Ah, bah si, précisément à moitié... et heureusement : j'ai fait un pneumothorax unilatéral. Parce qu'un pneumothorax bilatéral, c'est beaucoup moins drôle. Forcément, tu respires plus... c'est gênant !
:o)

Armand a dit…

Chère Mistinguette,
Comme tu sais ce que tu veux, tu n'as pas besoin de "confirmations"... et "Madounette" non plus car ce n'est pas à un prêtre de lui imposer de vérifier ce qu'elle a étudié et compris précédemment!
Au cas où tu n'aurais pas deviné, Dieu et moi ne dialoguons pas beaucoup: chacun vit dans son coin, lui au ciel et moi sur la terre.
Amitiés
P.S. Même mon épouse a renoncé à me convertir!

Mistinguette a dit…

> Armand
Hahaha ! Armand, je me garderai bien de chercher à vous convertir ! Et j'ai bien compris que, sur ce sujet, je m'entendrai mieux avec votre épouse... Je la prends donc comme complice et lui charge de vous expliquer ce qu'est la Confirmation. Vous en ferez ce que bon vous semble !
PS : rien n'est imposé, dans cette célébration, et c'est très librement que Madounette à choisi de se faire confirmer ! C'est, contrairement au baptême, un sacrement de "grand" !
:o)

Loulou a dit…

Ben didonc, tu sais y faire, toi, pour anticiper les vacances !!!
Mais blague à part, j'espère que tout va bien maintenant et que tu récupères bien.
Bisous !

Zozostéo a dit…

Et dire que, classiquement, c'est une pathologie du jeune homme (20 ans) longiligne et maigrelet...
Tu as laissé l'autre moitié pour Tamoitié?
Bouh, le mauvais jeu de mot!
Remets-toi bien!

Mimi-Je Rêve a dit…

Nan mais enfin Mistinguette, ça va pas ta tête ? Pourquoi tu fais des trucs comme ça, allons ?? Faut pas faire ça ! ça fait mal !!! Ah nan mais quelle idée j'te jure...

Blague à part, j'espère que ça va, maintenant ? tu respires à fond des 2 côtés, et sans douleur ? tu dois être un peu à plat, quand même... Du repos, allez allez, du dodo et de la lecture tranquille ! Es-tu arrêtée jusqu'aux vacances ?

stef a dit…

Argh ... quelle expérience !

Je compatis d'autant plus que nous avons fait 1 passage chez le doc et 2 aux urgences en 5 jours que ma Poupette et moi sommes au fond de notre lit (sauf là pour prendre des nouvelles via internet) avec l'influenza de type B ...

Bon ok, rien à voir avec ton pb pneumothoraxique mais quand même ... quelle saison ! Bisous.

Mistinguette a dit…

> Loulou
Ca, c'est bien vrai !
Pfff... dire que je n'ai demandé qu'une semaine d'arrêt de travail au lieu de deux : j'aurais enchaîné avec les vacances de printemps !
Mais bon. Conscience professionnelle, quand tu nous tiens !
:o)

> Zozostéo
Les jeunes hommes, mais aussi les jeunes femmes... et je suis restée très jeune !
J'ai lu que c'était plutôt entre 20 et 40 ans : j'en ai fait un à 23 ans. le second à 44 ans... on peut dire que c'est fini, alors ? Nan ?

> Mimi
Bah, oui, ça fait mal. Et oui, je suis crevée. Enfin nan. Plus maintenant, je suis réparée, mais fatiguée... enfin, tu me comprends ! Hahaha !
Je suis arrêtée pour une semaine. Mais comme je suis à mi-temps, ça fait que je ne reprends que mercredi prochain. Deux jours et demi, et hop ! Les vacances !
:o)

> Stef
Et beh ! C'est pas sympa non plus, ce que vous avez là ! Vous devriez peut-être vous installer aux urgences, ce serait plus simple, non ?
...pffff... J'rigole !
Bon courage à toutes les deux.
:o)

stef a dit…

Merci beaucoup. On finira par en rire ... si ce n'est que Poupette va sans doute rater son voyage scolaire en Ontario (départ samedi matin) ... :-(

Anonyme a dit…

Bon rétablissement, Mistinguette !

Grosses bises

Magali

Bidulette a dit…

Ben voilà, à force de courir, tout faire le mieux possible, tu finis pas t'essouffler....
Prends le temps de bien te reposer !

Mistinguette a dit…

> Stef
Alors ? Elle a finalement pu partir, ou pas ???
:o(

> Magali
Merci ! Je me remets tranquillement et gagne en énergie chaque jour. Je retrouve ma classe jeudi, pour seulement deux jours. Après, vacances !
:o)

> Bidulette
Merci !
Je dors, je lis, je tapote à l'ordi... Et il fait beau ! Je renais !
:o)

Névrosia a dit…

Diantre ! Le pendant a dû être angoissant pour ta famille et douloureux pour toi, alors bon après ! Biz

Anne a dit…

Ah!!! Tu vas mieux!!! Mais qu'est ce donc que ce genre de gag? Et tu es allée bosser avec le poumon en vrac? Non mais? Repose toi surtout!!!

Mistinguette a dit…

> Névrosia
Oui, angoissant pour eux et douloureux pour moi, ça résume bien. Mais attends : dimanche, je crois que j'ai fait mieux... Je raconte demain.

> Anne
Ahhhh... Oui, c'est tout à fait moi, ça : marche ou crève ; faut pas déranger ; même pas mal ; ce qui ne te tue pas... etc. etc. !