Rechercher dans ce blog

mercredi 6 mai 2009

Bouuhhh ! La honte !

Ce week-end, j'ai fait la mauvaise mère.

D'habitude, je m'évertue à tendre vers la perfection : Je jongle allègrement avec mes multiples activités professionnelles ou familiales. Je trie les papiers administratifs, m'occupe des impôts, fais les machines à laver, les courses, le rangement des chambres des enfants lorsqu'un glissement de terrain menace, retrouve, repasse, recouds l'aube familiale pour la profession de foi du grand, appelle la terre entière pour avoir un peu de famille autour de lui le jour J (un samedi de we prolongé, un vrai challenge...) - tout en préparant ma classe, en concevant un spectacle de fin d'année mémorable, en créant pour les décors une statue dans le plus pur style de Nikkie de Saint Phalle de 2m de haut (comment ça j'exagère ?) et en assurant la poursuite du sacro-saint Programme (HAAAARRGGHH ! Plus qu'un mois et des poussières ?!!! J'y crois pas !)...
Bref, on pourrait m'appeler Octopussy, la femme aux huit bras et au gros cerveau, tellement j'en fais.

[MODE aparté ON]
Ben quoi ? Je fais mon autopromo. De toutes façons, si je ne la fais pas moi-même, qui la fera, hein ?
...Oui.
...Certes.
...Ma Belle-mère la fait assez bien.
...
...Mais elle n'est pas souvent là.
...Et elle n'intervient pas sur ce blog !
...Et pis, quand c'est elle, ça me gêne : Un reste d'éducation sans doute (Ne te mets pas en avant. L'orgueil est un vilain défaut ! Les autres d'abord... Ne regarde pas ton nombril ! Et patali, et patala...).
Et puis, vu ce que je vais raconter après, je peux bien m'envoyer quelques fleurs en intro, hein ! Ça compense...
[MODE aparté OFF]

Ce week-end, donc, la profession de foi passée, les restes de la fête avalés, digérés, et vu qu'on a profité du 1er mai pour célébrer le travail, il nous reste encore un plein jour pour batifoler. Mon fiston, celui la même qui a professé sa foi le matin-même, me demande d'inviter un 'tit pote, pour dormir et passer le dimanche à la maison. J'acquiesce, toujours en bonne mère (attends, la chute arrive. Elle va être rude).

Ils vaquent tous deux à leurs occupations d'ados. Entrant et sortant de la maison. Sans la clé, bien sûr : Fiston préfère sonner et se faire ouvrir par un membre de sa famille plutôt que de veiller à son autonomie en pensant à prendre la sienne.
Mais moi, j'ai beau être une bonne poire (pardon : mère), j'en ai vite assez de descendre deux étages pour ouvrir au p'tit. Alors que fais-je ? J'ouvre la fenêtre de ma chambre, je retire ma propre clé de mon trousseau, et la lui lance pour qu'il ouvre lui-même.

Jusque-là, tout va bien.

Sauf que.
Vers 13h, je m'inquiète : Dis-donc, fiston, il s'agirait que tu me rendes ma clé, que je ne me retrouve pas comme une andouillette devant la porte demain lundi, au détour de mes multiples activités de mère parfaite...

L'enfant blêmi. Les problèmes de clé sont récurrents. Jusque là, on a toujours retrouvé l'objet : derrière le lit... dans une poche... dans la machine... sous une chaussure. Mais là, il s'agit de MA clé et non de la sienne. Et puis, elle n'est attachée que par un simple anneau et non par un long ruban rouge aux multiples breloques (la sienne). Plus difficile. Plus stressant aussi. Je m'emporte, ajoutant tout un tas de griefs divers à mon ire maternelle : le sac de retraite toujours étalé dans la chambre, un paquet de chips entamé répandu à l'intérieur au milieu du linge sale, les cours dispersés par terre ; et les devoirs, ils sont fait les devoirs ? Et la guitare ?...

Son père bondit : Tu ne mangeras pas tant que tu n'auras pas retrouvé cette clé ! (lui aussi, ça le stresse : la veille, il a laissé son propre trousseau sur la serrure extérieure... Ôreusement que je suis rentrée peu de temps après !).

Bref, v'là le fiston qui cherche, cherche, cherche... pendant que nous déjeunons :-(
In peto, je me dis que ça lui apprendra, à faire attention aux affaires des autres ! Qu'il est bien temps, à son âge, de prendre ses responsabilités... Namého !

Finalement, après avoir fouillé avec lui de longues heures, après avoir retourné la maison de la cave au grenier, terrasse comprise, je renonce. J'abdique. Je conseille-à-bulle avec son père et l'autorise à manger un morceau puis à venir voir avec toute la familia une vidéo, histoire de bien finir ce week-end et de prendre du bon temps tous ensemble. Tant pis pour la clé. Elle DOIT fatalement réapparaître un jour ou l'autre. C'est obligé.

Arrive le soir...

Oh, pis ça commence à faire long cette histoire.
Je sens que tu te lasses, ami lecteur.
D'ailleurs, la fin n'est pas si intéressante.
Et pis, c'est pas ton genre de vouloir cancaner sur la honte des autres, hein ?
Si ?
Tu veux savoir comment s'est finie cette misérable histoire ?
Et bah... tu le sauras demain. Là. En attendant, suppute et patiente !

10 commentaires:

Mimi-Je Rêve a dit…

Hé ! Hoooooo !
Nan mais ça va pas de me sucrer la fin au dernier moment, pile sous le pif comme ça, hein ???!!!

(à tous les coups tu l'as retrouvée à ton propre trousseau... ou sur la porte ?)

Attendre demain, aaaaaaaargggh.
Bon ben si c'est ça j'ai plus qu'à... euh... aller corriger des cahiers.
Pfff.

Citronnelle a dit…

Ah, oui mais non !
Moi, je veux savoir la fin...

Anonyme a dit…

Argghhhh... On veut savoir !

A quelle heure a eu lieu le cambriolage ?

Vas-tu enfin mettre un biper à ta clé? (encore faut-il ne pas égarer la télécommande, hum ...)

Et comment ke ça se fait ke tu fais TOUT à la maison ?

Magali

PS : tu devrais écrire des bandes annonces pour le ciné. J'irai peut-être plus souvent

Mistinguette a dit…

> Mimi - Je rêve
Sauf que j'ai vérifié au moins trois ou quatre fois mon trousseau, le tirant de ma poche pour regarder si, par hasard, je n'y avais pas remis la dite clé...
Elle n'était pas sur la porte non plus...
Suspens !!!

Mistinguette a dit…

> Magali
Je gère beaucoup le quotidien à la maison, paske Monhomme a un boulot TRES prenant et qu'il rentre tard. Alors que moi, instit... j'ai des horaires plus familiaux !
> Citronelle
patience... ;oD

Bellzouzou! a dit…

du teasing pareil, c'est pas juste!

Stéphanie a dit…

Tu ne lui avais pas donné les clés de la maison mais celle du garage ?

Dans le frigo ? (ben oui j'y ai retrouvé mes lunettes)

C'est ton tendre qui les avaient ?

Sous le paillasson ?

Naternelle a dit…

Dans la poche de ton jean quand tu as voulu le repasser ?
Sous ta pile de cahiers corrigés ?
Dans ton dossier de déclaration d'impôts ?

NON ? Bon, je reviens demain ...

josephine a dit…

Dans le paquet de chips abandonnés???
Au milieu du linge sale??
Ah, non, j'ai trouvé! C'est le copain qui est parti avec!

Anonyme a dit…

ben moi j'dirais que la clé est dans la poche du colonel moutarde dans le salon avec le chandelier ....bon allez j'attendrai demain mais c 'est bien parce que c'est toi!
anoche