Rechercher dans ce blog

mercredi 8 avril 2009

Namého !

Hier, je me suis outrée...

Ami lecteur, sache que je ne m'outre que rarement. Mais là... Bon, faut dire que j'étais mal lunée : je n'avais pas digéré mon dîner de la veille. A vrai dire, il était même reparti par là où il était entré, au petit matin... ce qui, tu en conviendras, ami lecteur, n'est pas la meilleure façon de commencer sa journée.

Après ce démarrage difficile, j'avais sympathiquement employé ma matinée à accompagner Malouloute et sa classe de CE1 au cinéma. Bah oui, quand je n'ai pas ma classe, je suis toute désoeuvrée, alors je capte celle des autres comme je peux.
[MODE aparté ON]
Serais-je un peu masochiste ? Je ne le crois pas. Mais je suis faible. Alors quand Malouloute revient à la charge pour la 372ème fois de l'année, qu'elle me demande si je peux accompagner sa classe en sortie et que - Oh ! Miracle - je suis libre à cette date, j'obtempère ! Je sais, c'est mal. Je tâche de me soigner....
[MODE aparté OFF]
J'ai piqué un roupillon pendant l'excellent "Jour de fête" de Jacques Tati puis, ayant ramené la marmaille jusqu'à la maison d'école, je me suis rendue gaillardement (hum !) jusqu'à la mienne, d'école, pour déjeuner avec ma moitié professionnelle (celle qui s'occupe de mes élèves quand je m'occupe de ceux des autres... tu suis là, ami lecteur ?) et la directrice d'internat. Le but de la manoeuvre : échanger nos regards sur nos chères têtes blondes et, du même coup, "créer du lien" entre les structures jour et nuit.

Nous voilà donc, Mamoitié, Ladirlod'nuit et moi dans la cafétéria d'un grand magasin voisin. Elles commandent un tajine d'agneau et moi... un coca (bah oui... "pas dans mon assiette" hein !). Et voilà que nous devisons sur les uns et sur les autres, entre deux bouchées/gorgées, très à notre affaire ; jusqu'à ce que Ladirlod'nuit, habillé d'un joli tailleur sombre, extirpe ses jambes de sous la table pour nous montrer une mauvaise surprise : un chewing-gum laissé par son propriétaire sous la dite table s'était malencontreusement collé sur sa jupe. Beurk !

Elle appelle le serveur et lui explique son problème. Et que répond le jeune gars ??? Penses-tu qu'il s'excuse ? Qu'il cherche un moyen de réparer l'horrible incident ? De porter secours à la dame en détresse ?

Que nenni ! Il dit tout simplement "Ah ! C'est des choses qui arrivent...".

Alors là, toutes trois, nous nous récrions, faisant observer que la moindre des choses serait de s'excuser... Mais lui rétorque tout de go "Mais c'est pas de ma faute quand même !"...

Bon. On peut dire qu'il était jeune. Qu'il doit encore apprendre son métier. Qu'être agressé (si peu) par trois viragos (pas tant que ça), ça déstabilise. Que l'adage "le client est roi" n'est plus du programme de BTS restauration. Et bah quand même. Moi, ça m'a scotchée. Nan ?

J'ai laissé Ladirlod'nuit appelant le directeur de l'établissement, histoire de lui dire sa façon de penser. Je n'en sais pas plus... Mais quand même hein ! Dans quel monde qu'on vit ma bonne dame ???
En même temps, y'a plus grave (;-D). C'est vrai. Mais bon !

16 commentaires:

Bellzouzou! a dit…

y a plus grave, en effet!!!
;-)
pauvre France, hein.

mamyvette a dit…

ya plus grave, c'est vrai, mais qd même... s'excuser, ça fait toujours plaisir!!!!
ds quel monde vit-on?????

Mistinguette a dit…

Allez, pour nous consoler de la vie qu'elle est dure, j'offre à tout le monde un café-pneu-chinggom.
Hop !

strychnine a dit…

A quoi le chinggom?

Ludo a dit…

ça me rappelle une histoire qui serait un peu longue à raconter ici, mais qui finissait par la même morale : Les serveurs, c'est plus ce que c'était...

Mistinguette a dit…

> Strychnine
Le chinggom ? Aux 'cahouettes, bien sûr ! C'te question !

> Ludo
Pourquoi quand tu dis ça, on imagine tout de suite qu'il s'agit d'une histoire cochonne ??? ;-D

Lbf a dit…

Question a deux balles....
-Qui n'en a jamais colle ?????

Mistinguette a dit…

MOI !!!
C'te question !

Nath - Ze Bouffon of Grumeauland a dit…

Hophophop, me voici.

Mistinguette chère voisine de blog, vous sollicitâtes un comm, le voilà.
Y'a qu'à demander.

En coup de vent parce que très bousculée par une charrette de commandes d'illustrations à rendre pour avant-hier, je viens vous rendre mes hommages confraternels zé républicains.

Je vous vole trois cacahuètes menthe-patate dans la coupelle sur la table basse et je retourne taquiner ma tablette graphique.

Mistinguette a dit…

Rââââ ! Trop top cool, Not'Bouffon est passé par ici ! Je reconnaitrais entre mille son parfum de délirium très mince (!) et de ficus étoilé. Et quel courant d'air !
Très honnoré de cette visite en coup de vent malgré un emploi du temps survitaminé.

mamyvette a dit…

oula, oula!!!!!
le courant d'air m'a tte décoiffée, j'vais devoir refaire le brushing, zut alors
qd à toi, Ludo... commence pas les histoires si tu veux pas dire la fin!!!!!!! on est trooop déçu(e)s

Stéphanie a dit…

Vous n'aviez cas, prendre le chigum et lui coller sur la bouche - comme ça - il aurait fermer sa boîte à c*** au lieu de dire des co******...

&Lbf
Comme Mistinguette, je n'ai jamais collé du chigum nul part - Je les avalais... on me disait d'arrêter ke j'allais avoir l'appendicite ! D'ailleurs toujours pas eu !!!

Aurélie et Prosper a dit…

Et ben moi non plus j'ai jamais collé de "chouingue" nulle part, sauf sur ma propre figure, lors de tentatives de bulles...

Je me posais récemment la question: à part perpétuer la tradition du prof sadique, pourquoi interdire lesdits chinggoms à mes élèves, surtout après la cantine?

Et bien, j'ai eu la réponse cet après-midi, lorsque j'ai collé ma Converse dans un chinggom délicieusement réchauffé par le soleil printanier, en pleine cour de récré....Beuark!

Ludo a dit…

Mais pas du tout, il ne s'agissait aucunement d'une histoire cochonne ;)

Bidulette à Couettes a dit…

Eh, moi non plus j'ai jamais collé de chinggom ! Sauf dans mon appareil dentaire, mais alors là j'ai pas recommencé ! Et comme je l'ai eu longtemps, j'ai arrêté les chinggoms !
En revanche au lycée j'ai bousillé une jupe, impossible de la récupérer, pour cause de chinggom laissé par un congénère...


Dis, Mistinguette, quand tu nous offres le café-pneu-chinggom, c'est celui que t'as décollé de sous la table ?

Mistinguette a dit…

> Aurélie (et Prosper aussi, tant que j'y suis)...
Moi, j'ai toujours expliqué à mes élèves que le chinggom, à part leur donner l'air d'un bovin qui rumine (dixit ma Mère Grand de 90 ans), ça leur détraque le système digestif : du sucre en surdose + l'illusion pour l'estomac qu'il va devoir se mettre au boulot. Donc production de sucs digestifs qui, faute de s'attaquer aux aliments qui n'arrivent pas, s'en prennent aux paroies de l'estomac et de l'oesophage...
L'autre argument imparable, c'est qu'on les retrouve PARTOUT : sur les sols, sous les tables et les chaises, dans les cheveux (!)... pire que des bigornaux à marée basse !
Voilàààà !

> Bidulette à couette
Ah, non ! Dans mon café-pneu-chinggom, je n'utilise QUE des prduits frais : Chinggom du jardin, bio évidemment !