Rechercher dans ce blog

mardi 13 janvier 2009

Van Gogh !


En ce moment, dans toute l'école, nous travaillons sur le thème de la nuit. Dans un internat, c'est particulièrement intéressant !

En cycle III, nous avons choisi de faire réaliser par chaque enfant son "livre de la nuit" : dans un cahier 24x32 format paysage, nous allons compiler toutes les approches possibles de la nuit : la découvertes de tableaux de maîtres, les impressions qu'on en a, la synthèse des débats construits autour de leur observation, ce qu'en disent les auteurs eux-mêmes... Et aussi des textes littéraires un peu résistants, accompagnés de courts textes des enfants portant sur leurs impressions, leur compréhension, leurs hypothèses quant à la suite de l'histoire... Et aussi des références d'oeuvres musicales (des nocturnes, évidemment !) et les impressions, les émotions suscitées par leur écoute... Et aussi les oeuvres des enfants eux-mêmes : dessins, peintures, illustrations, poèmes... Ça va être FORMIDABLE !

Pour débuter, j'ai commencé par leur montrer un tableau de van Gogh, parce que c'est un auteur qui me touche ET que montrer un impressionniste quand on veut parler d'émotions, ce n'est pas inintéressant. J'ai été TRÈS surprise par leurs écrits : les 9/10ème de la classe y voyaient un paysage angoissant, menaçant, tempétueux et néfaste... bon. Certains y ont quand même vu une nuit belle et lumineuse. Je vous livre ici quelques uns des textes produits.

Je vois ce tableau et je vois la splendeur de la nuit car, quand on est dehors, on regarde toujours sur le côté. Mais ce peintre, lui, regarde en haut et il nous dit la splendeur de la nuit.

Je vois une petite ville, de loin. Ce tableau me fait penser à mes vacances. J'ai l'impression d'être dans le tableau.

L'infini et l'au delà, les rêves. Rien d'impossible. Une puissance infinie. Les rêves incroyables. Un ciel impressionnant.
Un ciel étoilé.
Et un peu de chaos, le vent, le feu qui prennent la place d'un village.
Un démon envahissant, les ténèbres qui recouvrent entièrement, à l'aide des filaments. La mort, gore.

Je vois une montagne bizarre avec des lumières dans le ciel et un château sur la montagne.
Il me fait penser à la nuit noire mais la montagne a l'air d'un vieux château et ce qui est dans le ciel aussi (à une histoire).
C'est la peur et le désespoir.
J'ai l'impression qu'il raconte une histoire dans son tableau.

Je vois sur ce tableau une ville démoniaque, un vent glacial, plusieurs lumières et une grande lune, une tour remplie de démons malfaisants et les villageois vont se faire massacrer barbarement (!).

Vous croyez qu'il faut qu'ils arrêtent les mangas et les jeux vidéo ???

7 commentaires:

Kati a dit…

Intéressante, l'idée du Livre de la Nuit... J'ai envie de "pomper" un peu sur toi, mais pour des CP et de façon moins ambitieuse (mais comme on doit faire une "soirée" à l'école -sans parents- avec balade dans le noir, ça peut être intéressant...)

Pour le tableau, je ne vois qu'un grand carré blanc et si je clique, on me répond "Forbidden!!!"... Mais je pense que tes élèves n'ont pas tort s'il s'agit du tableau peint par Van Gogh dans ses derniers jours de folie (mais je me trompe peut-être?)...
Musée VG à Amsterdam= génialissime!!

Mistinguette a dit…

Pompe tant que tu veux ! Tu trouveras pas mal d'histoires ayant la nuit comme thème central dans les Belles Histoires de Pomme d'Api ou dans les Pommes d'Api eux-même : c'est intéressant de faire parler les enfants sur les deux versant émotifs de la nuit (douceur/calme/senteurs différentes/étoiles etc. // angoisse/cauchemars/sorcières et démons/ténèbres...).

(Et là, pour le tableau, c'est mieux ?)

Mistinguette a dit…

...et je suis d'accord avec toi : il FAUT aller à Amsterdam pour voir ce musée. Un incontournable.

tomz a dit…

Bon alors elle est où l'assiette de tartiflette-cornichons? En même temps avec les 35° de Mayotte, je suis pas sûr d'avoir vraiment envie d'en manger :)
C'est fou comme les élèves du primaire ont l'air tout mignon, comparé à ce qu'ils sont capables de devenir une fois franchi la porte du collège...
Tiens, t'as mis le dessin de Calvin & Hobbes dont je me suis inspiré pour mon dessin de Noël...
A bientôt

Mistinguette a dit…

Bonjour Tomz !
Quel honneur, une visite de Mayotte dans notre capitale prise par le gel ! Gaffe aux courants d'air, la grippe sévit sévère (hahaha) !
Oh ? T'as laissé les cornichons-tartiflette ! Tant pis, ça sera pour mon quatre-heure... mmmm ! Un pur délice !
Marchi ! Reviens quand tu veux ! Mais ferme la porte en sortant : on se caille ici !

Sabine M. a dit…

Bon je visite ton blog, super top le van Gogh ....
yessss , je suis Ok avec les élèves ...; c'est bien tourmenté le ciel chez lui!!!!

moi je t'y dis que j'y vois la mer déchaînée carrément ...sur une avalanche de neige (je dois être déformée par les dernières glaces!!)

Du coup, belle dame, je me replonge dans un livre de planches de Van gogh que j'ai et je parcours sa biographie : Je ne savais d'ailleurs pas qu'il avait été prédicateur!!!

je te fais un copier coller de ce texte du peintre lui même qui peut évoquer certains états d'enfants de notre internat super bien "accueillis" dans leur famille!

« ... Je sens que père et mère réagissent instinctivement à mon sujet (je ne dis pas intelligemment). On hésite à m’accueillir à la maison, comme on hésiterait à recueillir un grand chien hirsute. Il entrera avec ses pattes mouillées — et puis il est très hirsute. Il gênera tout le monde. Et il aboie bruyamment. Bref — c’est une sale bête. Bien — mais l’animal a une histoire humaine et, bien que ce ne soit qu’un chien, une âme humaine. Qui plus est, une âme humaine assez sensible pour sentir ce qu’on pense de lui, alors qu’un chien ordinaire en est incapable.
Quant à moi, je veux bien admettre d’être un chien, et cela ne change rien à leur valeur. Le chien comprend que, si on le gardait, cela serait pour le supporter, le tolérer dans cette maison ; par conséquent il va essayer de trouver une niche ailleurs. Oh ! ce chien est le fils de notre père, mais on l’a laissé courir si souvent dans la rue qu’il a dû nécessairement devenir plus hargneux. Bah ! père a oublié ce détail pendant des années, il n’y a donc plus lieu d’en parler. Tout cela est exact incontestablement. Mais n’oublions pas que les chiens sont d’excellents gardiens. Cela n’entre pas en ligne de compte, aucun danger ne menace notre paix rien ne vient troubler l’ambiance, dit-on. Moi aussi, je vais donc me taire.
Évidemment, le chien regrette à part lui d’être venu jusqu’ici ; la solitude était moins grande dans la bruyère que dans cette maison, en dépit de toutes leurs gentillesses. L’animal est venu en visite dans un accès de faiblesse. J’espère qu’on me pardonnera cette défaillance ; quant à moi, j’éviterai d’y verser encore à l’avenir ?... »
— Extrait de (Lettres de Vincent à Théo)

voilà merci pour l'idée de chercher dans ces visionnaires de la Nuit!!

Kati a dit…

Oui Mis, c'est mieux: je le vois maintenant...merci!