Rechercher dans ce blog

mardi 27 janvier 2009

Et... hop !!!


En lisant le blog de Belzouzou la semaine dernière, m'est revenue une histoire rigolote de cours de récré. Et, tu me connais, ami lecteur : je saisis toutes les occasions de te faire rigoler. Paske dans la vie, on s'en sort si on rigole. Alors on ne va pas s'en priver !

Il s'agit d'un élève de MS, odieux, avec une mère odieuse. Ça arrive... et souvent, quand la mère est odieuse, le fils l'est tout autant... mais pas toujours ! N'allons pas généraliser, ce n'est pas not' genre.

En tous cas, elle l'était - odieuse - et lui, tout autant. A 4 ans. Ça promet !

La mère avait décidé unilatéralement qu'il irait direct au CP, sous prétexte qu'il était entré à l'école à deux ans et des poussières, et que trois ans de maternelle, ça suffisait bien. Sans parler du fait que son Chéribibi, c'était le plus intelligent de tous les chéribibis de l'école entière, CM2 compris. Et que c'était absolument sûr paske :

1/ c'était son fils, la chair de sa chair, la prunelle de ses yeux,
2/ il s'ennuyait en classe. Comment elle savait ça ? Bah, elle savait. C'est tout. Point barre, à la ligne !

L'équipe enseignante ne partageait pas l'avis de cette mère là. Kekfois, les parents et les enseignants marchent main dans la main (enfin, au sens figuré, hein ! N'imagine pas des choses, ami lecteur, tu te fourvoies !). Là... non. Deux planètes qui ne parlent pas la même langue (quoi, des planètes ça ne parle pas ? Et kest'en sais, toi qui me lit ? Hein ? T'as des preuves de ce que tu avances là ? Alors !).

Quoiqu'il en soit, ça devait discuter ferme sur le sujet, à la maison du Chéribibi. Parce qu'un jour, à la récré, il s'était campé devant l'instit. de GS et lui avait assuré, les yeux dans les yeux, droit dans ses bottes :

"Et ben moi, j'vais te sauter !"
...
Instant de flottement.
Grand moment de solitude pour l'enfant.
Hurlement de rire in peto de son interlocutrice.
...
...
Vous pensez bien que l'enseignante, après que l'anecdote eut fait le tour de la salle des maîtres, ne s'est pas privée de la répéter à la mère avec son plus parfait air de femme outragée, lui laissant le soin de décrypter le sens caché de ces propos infamants !!!
Petite vengeance délicieuse consommée avec modération ET délectation.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

J'adore ton anecdote...
On imagine vraiment bien la scène...
Cet enfant avait vraiment fait preuve d'une grande maturité...
Citronnelle.

Je Rêve a dit…

Mais pourquoi mon agrégateur y me dit ce soir seulement que tu as posté il y a 4 jours ? Le décalage horaire ? Rhaaa, ça m'agace, moi je lui faisait confiance ! (faut que j'le saute ?)

Mistinguette a dit…

Et bah, ton agrégateur (c'est quoi, un agrégateur ? l'alligator de ta soeur ???), il a tout faux : j'ai posté aujourd'hui même, cet aprèm. pour être plus exacte alors hein... Faut lui causer, à ton alligrator ! I' dit n'importnawak !

Mistinguette a dit…

...A y'è, j'lu ai causé moi, à l'agrégateur. Pas besoin d'agrégation pour ça hein (Pffff !). En fait, aujourd'hui, mon ordi a bugué grâve, et je pense que ça l'a légèrement impressionné, l'agrégator en question (si j'ai bien compris ce que c'était, un agrégateur !).

Ludo a dit…

Effectivement, quelle maturité ce gosse. A 4 ans quand même...
Elle était bien bonne celle là en tout cas !

sicilien a dit…

jamais vu un gosse aussi précoce. Il mériterait effectivement de passer directement à l'unif..

Mistinguette a dit…

...encore faut-il se mettre d'accord sur le type de maturité dont cette jolie phrase est le symptôme... ;-D

Kati a dit…

Ahhh... ta collègue a vraiment eu la (les) réaction(s) qu'il fallait! J'imagine combien elle a savouré ce moment du soir avec la gentille maman (que je vois bien comme la mère poulette de Kilian-Kévin sur Danger Ecole ^_^)...