Rechercher dans ce blog

mardi 10 juin 2014

Au trou !

Ami Lecteur, tu vas pas me croire...
...
...
Jeudi dernier, j'étais sur le banc des prévenus, dans le Commissariat Central d'un quartier fluvial de la Grande Ville...
...
...
A sept heure du soir.
...
...
...
A ma gauche, il y avait trois hommes menottés au dit banc. Et ils n'avaient pas du tout le look du quartier en question.
...
...
Et moi, à leur droite. Au bout.
...
...
Je te raconte ou j'attends la semaine prochaine, que je m'en remette ?
...
...


















Hahaha ! Tu as eu peur, hein ?
Allez, je te raconte.

Jeudi dernier, donc, Monfiston fêtait son dernier jour de lycée.
L'établissement avait fait ça bien : barbecue et concours de déguisements.
Monfiston s'est donc regroupé avec ses potes, et ils se sont déguisés en... zombies d'anciens combattants de la guerre du Vietnam ? J'ai pas bien compris.
Ce qu'il faut retenir de leurs déguisements c'est que :
1/ ils ont eu beaucoup de succès mais n'ont pas gagné, à leur grande déception.
2/ ils étaient armés : un copain avait un pistolet six-coups à billes ; Monfiston avait "emprunté" à son père un marteau et une clé à mollette de belle taille...

Vers 18h30, alors que je reviens à ma maison pour trouver un peu de douceur dans ce monde de brute après une journée harassante, voilà-ti pas que je tombe sur mon sympathique ado tirant une tête de dix pieds de long. Son visage est encore couvert de faux sang, ce qui ajoute un aspect dramatique à la scène.
Il m'annonce qu'ils n'ont pas gagné.
Ca peut expliquer la tête...
Mais il continue sur sa lancée : en sortant du lycée, avec sa bande de zombies, ils ont un peu trainé dans la rue... Ils ont un peu fait du bruit... Genre lycéens qui disent un dernier adieu à leur vie d'écolier... Tu vois le genre.
Sauf que dans ce quartier là, Mon Bon Ami Lecteur, y'a du beau monde. Y'a du ministère. Y'a d'la police à tous les coins de rue. Et se balader bruyamment avec du faux sang sur la figure et un flingue à la main... ça fait tout-de-suite désordre !

Dans les cinq minutes, une voiture banalisée s'est arrêtée à côté d'eux :
CONTROLE D'IDENTITE S'IL-VOUS-PLAIT ! Ah ! Ah ! On s'amuse ! On est armé ! Confisqué, le pistolet ! Et les outils trouvés au fond du sac pendant la fouille, confisqués aussi ! (???).
Et circulez, y'a rien à voir ! Soyez contents qu'on vous boucle pas pour bêtise adolescente et lycéenne sur la voie publique !

Et voilà.
Mon ToutPetit ultra ennuyé : c'est qu'il va falloir annoncer à son père que non seulement il a emprunté deux outils sans lui en parler, mais qu'en plus les outils sont au Commissariat Central du Quartier Fluvial...
Il imagine déjà les racheter. Mais un marteau ou une clé à molette de cette taille, ça vaut bien dans les... 40 ou 50€ ! Aïe !!!

Et alors...
...
Et alors...
...
Qu'est-ce que j'ai fait, moi la Mère ?
Et bah j'ai téléphoné au Commissariat Central du Quartier Fluvial et j'ai expliqué ma petite affaire, en jouant la mère responsable, qui aimerait bien récupérer les outils de son mari, au prix qu'ça coûte Monsieur l'Agent !
J'ai eu une gentille dame. Qui m'a passé le Chef de Poste. Qui m'a dit de rappeler. J'ai rappelé la gentille dame. Qui m'a repassé le Chef de Poste. Qui m'a dit de passer.
- Moi ?
- Oui, vu qu'il est mineur, il vaut mieux que ça soit vous, avec une pièce d'identité !

Et moi qui imaginait y envoyer Monfiston, histoire de lui faire les pieds et d'en rajouter une couche dans ma fonction éducatrice et responsabilisatrice maternelle... Merdouille !
Me voilà donc à vélo, poussant sur mes petits mollets pour aller jusqu'au Commissariat Central du Quartier Fluvial. 4 km aller, 4 km retour...
Il est glauque de chez glauque, ce commissariat, moi je te le dis : si tu as le choix, va dans un autre !
Il faut descendre une rampe comme pour aller dans un parking.
Ensuite il faut sonner à une petite porte grise.
Le tout est donc en sous-sol...

J'ai dit :
- Bonjour Monsieur l'Agent, je viens pour les outils ! C'est vous le Chef de Poste ?
- Non, mais je suis au courant, je vais le chercher, asseyez-vous en attendant !
Je m'assois donc sur le banc, juste derrière.
...
- Ah, non ! Pas là, Madame : c'est le banc des prévenus ! Sur les sièges bleus, derrière !
- (Oups ! )

Un quart d'heure plus tard, après avoir beaucoup remercié le Chef de Poste, avoir plaisanté ensemble sur la grande intelligence des occupations adolescentes de dernier jour de lycée, et sur l'opportunité de faire le marlou dans le Quartier Fluvial et ministériel, je suis repartie avec le marteau, la clé à mollette ET le pistolet, que le copain de Monfiston était bien soulagé de retrouver (était-il à son père auquel il n'aurait pas demandé d'autorisation ?).

Et voilà, Ami Lecteur, tu sais tout de ma folle vie.
Et tu sais à présent comment j'ai atterri sur le banc des prévenus du Commissariat Central du Quartier Fluvial !
Par étourderie... et devoir maternel !
:o)

9 commentaires:

La maîtresse des petits a dit…

Faites des gosses!

le dinosaure a dit…

C'est beau l'amour maternel!

Agdel a dit…

Et le mien n'a rien trouvé de mieux, pour ce dernier jour, que de tomber lors d'un match de basket profs/élèves (tu remarqueras qu'il ne font pas les zouaves, dans son lycée, vu que la moité des élèves y reviennent en septembre en prépa), et hop ! Le bras dans le plâtre et les démarches de dernière minute pour qu'il passe le bac avec un secrétaire. Stress d'un autre genre pour la mère dévouée (j'ai marché 40 min sous le déluge ce midi pour récupérer le certificat médical ad-hoc aux urgences)
Mais bon, je ne sais pas si j'aurais préféré le commissariat, en fait…

Anne a dit…

Faut'y qu'on les aime!!!

Mimi-Je Rêve a dit…

Rhoooooooo... tout est bien qui finit bien, mais, oui, tu m'as fait peur ! ^^
(les ennuis s'enchaînent si vite, parfois...)

Mistinguette a dit…

> La M des P
Mais ouiiiiii !
C'est rigolo ! C'est l'aventure ! Et ça fait des sujets d'articles de blog !
:o)

> Le dino
Hein ! Je trouve aussi !
J'te jure...
:o)

> Agbel
AIE !!!
Misère !
Remarque, passer le bac avec son secrétaire particulier, c'est chic !
:o)

> Anne
C'est sûr, ma Bonne Dame !
Et moi, j'en ai que trois (je ne compte pas mes beaux-enfants : ils sont adultes à présent)! Dont un seul garçon !
:o)
Je compatis...

> Mimi
Yes : happy end.
J'en rigole...!
:o)

stef a dit…

Euh, là, tu m'épates car on sent que malgré tout tu étais zen, vraiment zen ! Ah ces p'tits jeunes ... ;-)

Samarian a dit…

Nan mais c'est pas possible, y a qu'a toi que ça arrive!!!

Mistinguette a dit…

> Stef
Oui, j'étais zen : en même temps, je rigolais pas mal intérieurement, et j'étais assez fierote de résoudre cet épineux problème assez facilement somme toute !

> Samarian
Ah bon ? Oooooh, je suis sûre que les parents d'ados qui me lisent sont capables d'en raconter autant, voire plus !!!
:o)