Rechercher dans ce blog

mercredi 11 février 2009

Askident !


Salut à toi, ami lecteur ! Viens donc par ici, que je te raconte une anecdote qui me fait invariablement jubiler intérieurement lorsque je me la remémore ; ce que je ne manque pas de faire au moins une fois l'an, histoire de maintenir en bonne forme mes zygomatiques mentaux :

Une année, je suis partie skier avec un groupe d'amis. Comme dans tout séjour de glisse qui se respecte nous eûmes droit à quelques magnifiques gamelles... dont une qui se termina moins bien que les autres, puisque la victime se démit l'épaule et dut interrompre ses acrobaties précocement, le bras droit bandé serré contre le torse.

Or il se trouve que la dite victime était institutrice de son état... en maternelle (tu en concluras, fidèle lecteur, qu'il ne s'agit donc pas de moi et que je ne me suis pas mise soudainement à parler de mezic à la troisième personne...).

Les vacances terminées, elle rentra chez elle pour entamer un séjour maladie, laissant sa classe de petite section aux bons soins d'une suppléante inconnue. Comme elle aimait ses élèves et qu'elle était soucieuse de savoir comment sa remplaçante s'en sortait, elle alla néanmoins leur rendre visite, son bras toujours maintenu immobile. Elle s'était vêtue comme elle avait pu étant donné l'inconfort du bandage, une chemise enfilée, fermée devant, le bras gauche dans la manche idoine, l'autre manche vide et la main droite sortant entre deux boutons... tu visualises, ami lecteur ? C'est important pour la suite...

Aussitôt arrivée, elle se trouva environnée de charmants bambins, s'accrochant à ses jupes et interrogeant à tout va leur enseignante sur la cause de son absence. Elle expliqua au mieux qu'elle avait eu un accident de ski, mais que ce n'était pas grave et qu'elle reviendrait s'occuper d'eux aussitôt que possible.

...

Quelques temps plus tard, elle eut un appel de son chef d'établissement : quelques parents étaient venus aux nouvelles, un peu inquiets sur l'état de santé de la maîtresse de PS... leur enfants leur avaient raconté - les chers anges - que :

"La maîtresse a eu un askident et maint'nant, elle a la main qui sort du ventre !!!"

...

J'adore les maternelles !

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Trop mignon ... et plein d'espoir !!On peut continuer à vivre ainsi !!
fany

mavieetmoi a dit…

Ils sont tellement mignons et innocents à cet âge là.

Sosso a dit…

J'imagine la tête des parents!!

Mais faut faire gaffe aussi des fois! Un jour un de mes élève a dit à ses parents que je leur apprenais à jouer au coui*llon au lieu du pouilleux :-D Tête des parents, bis!

Mistinguette a dit…

Des histoires d'enfants racontant ce que "le Maître a dit" ou "la Maîtresse a dit", il y en a des brouettes dans chaque famille...
Quand mon 'tit frère disait "le Maître a dit...", nous savions que rien ne pourrait plus ébranler sa conviction. Seule la vérité vraie pouvait sortir de la bouche du Maître ! Même lorsqu'il est revenu en disant "le Maître a dit que l'an prochain, la France et le Portugal seront rayés de la carte du Monde", on n'a rien pu faire...! ;-D

Ludo a dit…

Voilà pourquoi je regrette de ne pas être prof (ou instit)... Pour ces anecdotes.
Je m'attendais un peu à un truc dans le genre, mais je croyais que les parents allaient appelé parceque leurs bambins leur avait dit que la maîtresse avait un bras en moins (j'crois que j'ai trop visualisé là).

Kati a dit…

Comme Ludo!
Mais j'avoue que j'ai éclaté de rire en lisant la phrase orange, toute seule devant mon ordinateur... heureusement, d'ailleurs, que personne ne m'a vue! (un peu "frappée" la pôv'fille!)