Rechercher dans ce blog

lundi 29 septembre 2014

Blessure ouverte !

Ami Lecteur, si tu es parent et que tu lis ce blog, je suis sûre que, lorsque tu as une inquiétude, un désaccord, une incompréhension quant à ce qui se vit dans l'école de ton enfant, ton premier réflex est de respirer avec le ventre, puis de te rendre auprès de celle qui pourra le mieux te renseigner : l'enseignante de ton enfant.
Dans la grande majorité des cas, la dite enseignante désactive en quelques mots la bombe thermonucléaire que tu t'apprêtais peut-être à dégoupiller dans le cas contraire.
Et c'est tant mieux.

Et bien figure-toi que ça n'est pas le cas de tout le monde !
Y'a des gens, ils accueillent leur enfant le soir. Celui-ci leur raconte une horreur. Et dans la foulée, les parents en questions, ils dégoupillent ! Direct !
Et bah, je peux te dire que ça fait des dégâts collatéraux qu'ils n'avaient même pas imaginé au départ, les gens.
C'est peut-être précisément qu'ils manquent d'imagination, contrairement à leur progéniture !

Allez, je te vois, là, devant ton écran, à te demander où je veux en venir avec ma loooonnnnngue introduction. Et donc, je te mets en copie l'intégralité d'un mail reçu au petit matin par notre enseignante du CM1 et que je n'ai rien eu besoin d'y changer pour que ce soit ENORME. Je te laisse juge, surtout après le débrief qui suit...

NB : les prénoms des personnages réels ont été modifiés pour préserver l'anonymat des uns et des autres (ne me remercie pas Georgette !).
:o)

OBJET : Blessure ouverte

Georgette (enseignante de CM1 - NDLR),
Hier en rentrant de l'école Monpoussin avait le coude blessé, il m'explique qu'il a glissé dans la cours sur un marron ( chose qui peut arriver )
Néanmoins ce que je trouve scandaleux et inadmissible est que personne l'a soigné malgré ses demandes auprès des maîtresses et des personnes devant surveiller la récréation.
Qui ne fait pas son travail ?
Qui refuse à un enfant de le soigner en lui repondant " il fallait pas tomber "c'est à vous de m'y répondre.
De plus, les enfants jouent à des jeux violents de sacrifice et d'indien qui consiste à frapper les petits nouveaux dont mon FILS.
Monpoussin n'est pas un enfant violent et je ne souhaite pas qui le devienne par une bande d'enfants qui apparemment vous laissez faire dans la cours.
Beaucoup trop d'agissements contraire à la charte de l'école que je vous renvoie consulter pour l'épanouissement personnel d'un enfant.
Je vous met en pièce jointe la blessure de Monpoussin et vous pourrez constater que le personnel aurait dû le SOIGNER !!!
Un parent mecontent.
Bien cordialement.
Monsieur Papa."


(message publié avec la vraie ponctuation et les vraies phôtes d'orthographe dedans, c'est meilleur. Sachant que Monsieur Papa est en homme en costume/cravate qui n'a pas l'air d'être un analphabète, ce qui nous aurait donné quelque compassion...) 
...

Alors, là, normalement, tu te dis : mais dans quelle école elle travaille, Mistinguette ??? C'est affreux ce qu'il raconte, ce pauvre père ! Sonpoussin a une blessure et on refuse de le soigner ? On lui dit qu'il n'avait qu'à pas tomber ? Et il se fait torturer par des indiens ? MAIS QUE FAIT LA POLIIIIIIIIIICE ???

...

Alors maintenant, je te raconte :

1. L'enfant dont il est question ici est arrivé à 14h00, après la longue récréation du déjeuner, pour rentrer en classe. Il a immédiatement demandé à sa maîtresse, montrant son coude superficiellement écorché, qu'elle le soigne. Elle s'est étonnée : avait-il demandé cela à la surveillante, après être tombé, pendant la récréation ? Baaaah... non, répond-il aussitôt.
L'enseignante, voyant passer la surveillante en question, lui demande alors de s'occuper du "blessé" pendant qu'elle entre avec les autres et commence le travail.
La surveillante désinfecte la plaie et explique à l'affreux qu'il faut que ça sèche : manche relevée et pas de pansement pour ce genre de bobo.

2. L'enfant travaille. A 15h00, récréation. Il sort, et saute sur l'AVS qui surveille la cours : "j'ai un bobo, tu peux me soigner ?".
Celle-ci l'emmène, le désinfecte et prend même le temps de lui faire lire l'étiquette du produit, pour le rassurer : non, ça ne pique pas.
Puis elle le renvoie dans la cour, manche relevée : pas de pansement pour ce genre de plaie, il faut que ça sèche !

3. A 16h15, avant de sortir, il trouve le moyen de mobiliser un troisième adulte pour qu'il s'occupe de lui !

Quand, le jour suivant, il arrive à l'école, avec un sourire d'une oreille à l'autre, et qu'il dit à Madirlo : "Tu vas recevoir un mail de mon père, parce qu'hier, on m'a pas soigné !", celle-ci s'étonne, n'ayant pas eu vent de l'histoire (qui n'en était pas encore une !).
Elle voit un gros pansement sur le bras du garçon, bien sparadraté (j'invente les mots que j'veux !) sur les quatre côtés. Pour en savoir plus, avant de se coltiner le père, elle décide de défaire le pansement pour voir de quoi il s'agit, et elle voit donc l'écorchure, un peu purulente du fait d'avoir été maintenue sous un pansement étanche. Elle prend l'enfant et lui explique alors qu'une plaie de ce type, il faut désinfecter ET LAISSER SECHER ! Ce qu'elle fait : désinfection et séchage, manche baissée, cette fois : finie la pub autour du bobo !

S'en est suivi un coup de téléphone au cher père pour lui expliquer sa façon de voir les choses :
Soit il a inscrit son fils dans notre école, il a un minimum confiance en nous et il travaille en collaboration pour que nous fassions grandir son fils dans les meilleures conditions... soit il peut choisir une autre école (vive le privé !).
Mais qu'en l'occurrence, il fallait, aujourd'hui, s'inquiéter des motivations de son fils, qui lui avaient fait dire qu'il n'avait pas été soigné malgré sa demande, alors même que par trois fois on s'était occupé de lui avec bienveillance...

Le père est resté scotché, d'être remis en face de ses responsabilités, avec des mots justes, sans crise mais avec fermeté...
Aaaah ! J'aime Madirlo !
:o)

lundi 22 septembre 2014

Feed Frogs Free !

Ami Lecteur, faut que je te dise un truc, au cas où tu ne serais pas au courant :
Prof des écoles, ça mène à tout !
Par exemple, quand tu te balades dans la rue, tu peux pas t'empêcher de regarder partout si tu trouverais pas un truc utile pour ta classe.
La preuve : hier aprèm, j'ai rapporté chez moi un aquarium en verre 120x40, le poids d'un âne mort, trouvé dans la rue... Oh ! Chouette vivarium pour notre projet d'observation du vivant !
Et je ne te parle pas du mois de mai, durant lequel on cherche désespérément sur chaque trottoir des GRANDS cartons pour faire les décors de 'pestacle...

Dans le même genre, on fait, comme tu le sais déjà, un élevage de têtards dans notre classe de CP.
J'ai d'ailleurs la grande joie de t'annoncer la métamorphose de trois de nos chers petits qui sont donc à présent des Grenouilles (si tu as bien suivi).
Ne me parle pas du quatrième : il a servi à nourrir les trois autres, hypothèse validée par sa totale disparition d'un bassin fermé sans possibilité d'évasion (vive la chaîne alimentaire !).

Or donc, sache, Ami Lecteur, que le têtard est relativement accommodant : tu lui balances une ou deux boulettes de perlimpinpin de temps à autre, ou de la crevette congelée, il est content. Il se débrouille. Il grandit. Il te fait ses petites pattes sans problème.
Mais la grenouille, non ! C'est qu'on devient difficile, une fois hors de l'eau ! On va pas se contenter de bouf en boîte Namého ! Il lui faut du vivant, à la grenouille. Sinon, rien !
Nous voilà donc, Mamoitié et moi, à chasser le moucheron !

Chaque soir, je mets un bocal dans ma cuisine, avec un bout de fruit un peu écrabouillé-pourri au fond, et je pars me coucher.
Chaque matin, je me précipite dans ma cuisine avant que quelqu'un n'ait la bonne idée d'allumer la lumière et je ferme le bocal.
Ne reste plus qu'à venir en classe avec, à soulever délicatement le tulle qui recouvre notre aquarium, et à libérer les chers insectes en essayant qu'ils ne se faufilent pas hors zone...
Tout un programme !

Quand je te disais que ça mène à tout, prof des écoles !
:o)

PS : moi, je trouve qu'on devrait élever des alligators : au moins, on pourrait menacer les élèves turbulents de les balancer aux crocos, et on ferait d'une pierre deux coups... non ?
Ok, je sors ! Pffff... aucun sens de l'humour !

lundi 15 septembre 2014

Brève de comptoir

Non, alors en fait, c'est bien une brève, mais pas de comptoir.

Ma fillotte Louloute étudie en ce moment "La Parure" de Maupassant.
Tu sais, cette histoire terrifiante, que si tu l'as lue dans ta lointaine jeunesse, tu te rappelles exactement le propos et surtout la fin... la fin AARRRGGGHHHH !

Et que si tu l'as pas lue, et bah cours-y vite : tu DOIS compter ce chef-d'œuvre de la littérature française parmi tes lectures, pas pour frimer, mais pour le pur plaisir de la passion, des émotions et de la belle langue (tu cliques, tu l'as en lien direct ici encore).
Vas-y je te dis : elle fait trois pages cette nouvelle, c'est pas avec ça que tu vas t'étouffer !
Et si tu l'as déjà lue, et bien retournes-y : l'effet reste le même, vingt ans plus tard.

Mais je ne vais pas déflorer l'histoire !
T'as qu'à la (re)lire !

Quoi qu'il en soit, Malouloute étudie donc cette nouvelle.
Et pour aujourd'hui, elle devait en extraire le schéma narratif (tu sais, cette structure en cinq parties qui fait le squelette de bien des récits, que les prof. de français adorent te faire retrouver... et que -heureusement- tu t'empresses d'oublier dès que tu as quitté le collège !).

Et dans son agenda, tu sais ce qu'elle avait écrit, ma fillotte chérie à l'orthographe créative ?
"Faire le schéma narratif de la nouvelle de Mopassion".

...

Moi, Mopassion, je trouve que ça lui va bien, au gars qui jongle avec les mots et les passions.
Non ?
:o)

Et bah, pas si bref que ça, cet article, finalement !

mardi 9 septembre 2014

Ma rentrée, notre classe, nos CP, nos tétards...

Ami Lecteur, ne t'effraye pas : non, je n'appelle pas mes élèves "mes têtards" : j'ai effectivement un élevage de têtards dans la classe, grâce à Mamoitié.
Je ne te l'ai peut-être pas encore dit, mais Mamoitié, avec qui je partage le CP pour la troisième année, est responsable, dans le domaine de la Découverte du Monde (DdM, l'équivalent de ce qu'on appelait l'Eveil autrefois, du temps où tu usais tes fonds de culottes sur les bancs de l'école)... Où j'en suis, là, dans ma phrase à rallonge ? Ah oui ! Mamoitié, donc, est responsable du Vivant (lourde responsabilité !).

Ca ne signifie pas qu'elle est en charge de garder en vie nos chers petits élèves.
Ni même de veiller à la santé de sa Moitié (moi, en l'occurrence).
Non, elle se doit de faire découvrir à nos chères têtes blondes les mystères de la vie.
C'est pourquoi, elle a installé dans la classe l'an passé, successivement :
  • Des larves de libellules,
  • Des têtards,
  • Un lapin,
  • Diverses plantations (mangées par le lapin dès qu'il a pu y accéder).

Bref ! Dans notre classe en cette rentrée, nous avons 1 AVS (assistante de vie scolaire) 27 élèves et 4 têtards. Le lapin arrivera plus tard, chaque chose en son temps.

Sur les 27 élèves, l'un ne s'est pas encore présenté : il est autiste, en intégration quelques heures par semaine, et doit être accompagné d'une AVS. L'AVS n'ayant pas été trouvée, l'élève n'est pas là non plus.

Deux étaient là, dans cette même classe l'an passé : nous les aimons trop pour les laisser partir. Je pense que j'aurai l'occasion d'en reparler, surtout de Nat, qui devrait être pris dans une structure plus adaptée si on arrive à construire ça proprement.
Pour te dire la nécessité de la prise en charge : en une semaine, il a déjà tapé, tenté de mordre ou mordu, injurié Mamoitié, Madirlo et moi-même. Il m'a aussi craché dessus dans un accès de colère.
Mais bon, on le connaît, hein. C'est pas comme si on n'avait pas voulu le garder...!

Une, nouvelle élève, a l'air de faire dans la provoc' systématique, ce qui est assez fatigant, mais j'ai bon espoir de progresser avec elle.

Les autres sont charmants et attentifs. Très avides d'apprendre.
Deux au moins savent déjà lire.

Voilà pour le profil de ma nouvelle classe.
Je pense qu'on va bien s'amuser ! Et je tâcherai de t'en faire profiter autant que possible : tu sais comme j'aime partager, Ami Lecteur.

Tiens, par exemple, je peux te révéler dès à présent une étonnante particularité de Madirlo, dont je n'ai été témoin que cette année, alors que je la connais depuis 15 ans : avant de manger une banane, elle... la rase !
Oui, tu as bien lu : elle rase sa banane avec la lame de son couteau.
Il parait qu'ainsi, elle retire les petites peaux indigestes.
Comme elle a vécu une partie de son enfance en Afrique, je suppose qu'elle doit s'y connaître !
Nous, ça nous a bien fait rire, en tous cas. (bon enfant, le rire, hein : personne n'a eu de pensée mal tournée ! Attafion, on reste digne mon Bon Ami !).
:o)

Allez, hop ! C'est reparti pour un tour !

lundi 1 septembre 2014

C'EST LA RENTREE

 
Ami Lecteur, au cas où tu n'aurais ni enfant, ni petit-enfant, ni radio, ni télévisions, ni internet, ni voisins, je tiens à te l'annoncer officiellement : C'est la rentrée (oui, je sais, si tu n'as pas internet, tu ne peux pas lire ce message... pfff... Rabat-joie !).
Remarque bien que je te ménage : ma rentrée à moi, elle était lundi dernier !
La preuve :

Lundi : rentrée comme Référente au Centre de Formation des Maîtres (je sais, ça s'appelle plus comme ça, mais je trouve que ça fait plus classe que nos acronymes actuels).

Mardi : prérentrée des enseignantes et des équipes de jour et de nuit (je te rappelle que nous sommes un internat !). Réunions toute la journée.

Mercredi : prérentrée des enseignants bis : rangement et organisation des classes.

Jeudi : rentrée des 'tits zélèves.

Vendredi : 2ème jour de l'année scolaire 2014-15... et ça continue, encore et encore...

Voilà.
J'ai enlevé la modération des commentaires.
Lâche-toi.
Je sais, j'ai rien raconté : ça va venir.
T'as qu'à me raconter ta rentrée à toi, tiens !
:o)