Rechercher dans ce blog

mardi 28 janvier 2014

Gribouilles (4)

Ami Lecteur,
la suite de ma réunion très ennuyeuse/source d'inspiration...

Encore un lézard... je les aime !

dimanche 26 janvier 2014

Ami Lecteur,
Y'a des jours où on ferait mieux de rester couché...

Vendredi dernier, par exemple...

J'ai quitté la maison en disant "Bonne nuit !" à Malouloute qui partait plus tard.
Ca aurait pu me mettre la puce à l'oreille.

Ensuite, je suis arrivée sur mon vélo à un carrefour, le même par lequel je passe depuis quelques années, tous les matins, et je ne l'ai pas reconnu (tu sais, il suffit parfois que tu changes de point de vue, pour te retrouver en terrain parfaitement inconnu : ça ne t'est jamais arrivé ? Non ? Alors c'est moi qui vais mal...!). C'est seulement quand je me suis avancée, résignée à aller tout droit faute de me repérer, que j'ai tout à coup retrouvé ma lucidité et ai pu tourner à droite in extremis...

Ensuite, ça se corse :
La petite Al, mignonette qui pourrait être physiquement la sœur jumelle d'El tant elle lui ressemble - et qui est loin d'avoir les deux pieds dans le même sabot elle aussi - est arrivée dans la cour pour me saluer, en suçotant/mâchonnant une... gousse d'ail crue ! Oui oui oui oui oui, Ami Lecteur, tu as bien lu : UNE GOUSSE D'AIL CRUE !!!
Moi, j'aime l'ail. Beaucoup. Mais je dois dire qu'au petit matin, avant même d'avoir avalé un café, j'ai trouvé ça un peu dur. Et le reste des enfants de la cour aussi, d'ail(leurs) !
Je lui ai donc intimé gentiment l'ordre de jeter sa gousse à la poubelle, ce genre d'attitude ne favorisant pas le lien social, loin s'en faut !
La pitchounette a préféré la planquer dans son mouchoir au fond de sa poche, pour pouvoir la finir tranquilou le soir au goûter !

Bref, nous finissons par rentrer en classe, j'installe mes zozos dans "le coin regroupement", histoire de faire l'appel et de se parler un peu de l'actu du jour (nous lisons "le Petit Quotidien"), quand soudain j'entends un bruit suspect : alors que les enfants sont ultra-attentifs, un POP ! étrange émerge du sac d'anniversaire posé à côté de moi.
Tu connais mes reflex fulgurants, Ami Lecteur : je me suis ruée sur le sac en question, et j'ai redressé vivement la bouteille de Champ*my qui s'y trouvait, imaginant que le bouchon en avait sauté sans autorisation... Une mare s'est aussitôt répandue à nos pieds !!!
En effet, la bouteille avait sans doute été victime d'un léger choc au cours de son voyage jusqu'à l'école, et la pression faisant son travail, c'est tout le fond qui s'en était détaché d'un coup, laissant échapper le précieux liquide à flots ! Tu parles que ça n'avait servi à rien de la redresser, au contraire !!!

J'ai donc passé les vingt minutes suivantes à passer la serpillère, pendant que je perdais irrémédiablement mon groupe qui était si sage quelques instants auparavant.
Et le Champ*omy, ça cooooolle !
Et l'évier, il est à l'autre bout de la claaaaaasse !

La marée endiguée, je suis allée farfouiller dans notre bazar placard pour trouver une bouteille de jus pas trop périmée en remplacement...
C'est quand toute une barquette d'abricots secs est tombée sur ma tête, répandant son contenu dans l'évier plein de verres sales plus ou moins remplis de peinture patouillante que je me le suis dit :

Y'a des jours où on ferait mieux de rester couché...

jeudi 23 janvier 2014

Inspecteur Lafouine (2)

J'ai un casque à fleurs, mais plus joli...
Et donc, me revoici comme promis, Ami Lecteur !
Que je te rappelle d'abord une donnée essentielle : ma classe est au fond du jardin.
Je ne partage pas la cour de récréation des primaires : les CP sont sur une cour exclusivement utilisée par les maternelles.
Je n'ai donc que très peu de contacts avec Ra, en CE1.
En revanche, j'en entends fréquemment parler  à l'heure des repas.
Et quand je passe faire des photocopies à des heures indues, profitant d'un moment de répit, je trouve souvent Ra, collé entre le secrétariat et le bureau de Madirlo, puni par son enseignante, excédée...

Or voici que ce vendredi, en arrivant le matin, j'ai été directement faire des photocopies.
...

Puis j'ai empoigné mes documents et je suis partie lestement faire la surveillance de cour du matin, qui m'incombe tous les vendredis.
Je me suis bien aperçu, à un moment donné, que j'avais laissé mon casque de vélo sur les étagères proches de l'appareil, mais je n'y ai pas prêté attention : je le récupèrerai le soir, avant de partir... Quelle importance ?
...

Seulement, le soir, au moment de partir, j'attrape mon casque et là : grosse surprise !
Ma clé d'antivol est toujours en place...
Mais ma lampe avant, que je clippe sur mon guidon, disparue !
Et les deux bandes réfléchissantes, que je claque fièrement pour qu'elles s'enroulent sur mon avant-bras et sur mon puissant mollet, envolées itou !

Je blêmis et m'adresse aussitôt à Madirlo, dont le bureau est juste à côté...
Aussitôt elle affirme : "C'est Ra ! Il a été puni là pendant deux heures ce matin !"
Elle est rapide, Madirlo !

Justement, Ra est là, dans l'entrée : son père vient le chercher pour le week-end.
Je m'avance donc et lui demande du ton le plus suave :
"Dis donc, Ra, tu pourrais me rendre ma lampe et mes bandes à vélo, parce qu'il faut que je parte, là : j'en ai besoin..."
Et là, grande scène du IV :
"C'est pas moi ! J'ai rien pris ! J'vous jure !"

Je ne perds pas de temps en explications inutiles et l'emmène directement chez Madirlo.
Elle ne perd pas plus de temps -elle connait le bonhomme- et lui indique qu'on va tout simplement regarder dans son sac et dans ses poches.
Immédiatement, et sur le même ton, Ra s'exclame :
"J'ai que la lampe, j'ai pas les bandes réfléchissantes, mais la lampe, je voulais voir comment ça faisait ! J'ai que la lampe, j'vous juuuure !"
Et tout ça avec des larmes dans les yeux, suppliant...

Genre :



De guerre lasse et à bout d'arguments, nous sortons pour aller retrouver le père qui, justement, parle avec Bri, l'enseignante de Ra (tu te souviens de Bri, je t'en ai parlé il y a deux jours à peine)...
Je leur explique le problème et là, Bri s'exclame à son tour :
"Ah, c'était à toi ces bandes, là ! Ra n'arrêtait pas de les faire claquer en classe, je les lui ai confisquées !!! Mais c'est bête, je les lui ai rendues à la fin de la matinée !"
...

...

...

Nous avons fini par savoir que PP, le surveillant de cantine, les lui avait à nouveau confisquées à l'heure du déjeuner.
Le mercredi suivant (je te rappelle que je travaille à mi-temps... ça allonge les délais de l'enquête !), alors que je demande à PP ce que sont devenus les objets du délit, il me dit ne plus très bien savoir s'il les a rendus à Ra ou s'il les a laissés sur la machine à pain (sic !). En tous cas, les bandes ont à nouveau disparu...

J'ai pesté.
J'ai râlé.
Et j'ai fini par demander aux CM2, au détour de mes vagabondages, s'ils savaient quelque chose...
Et là, très spontanément, Lan (dont il est question ici, au moins...) m'a dit qu'avec Sam (dont il est question ici), elle les avait prises à la cantine, ce jour-là ! Paske, quand on "trouve" quelque chose d'intéressant, autant se l'approprier. C'est pas du vol, note bien : les bandes étaient... abandonnées ?

J'en ai récupéré une assez vite, confisquée par l'enseignante de CM2 (et bah !).
La seconde, c'est seulement aujourd'hui qu'elle a rejoint mon sac. Malheureusement, elle était passée entre les mains d'une petite sœur de 3 ans qui l'a joliment tordue... mais bon : j'ai récupéré mon bien !!!
Faut être persévérant, dans cette école !

Quant à Ra, j'ai décidé de l'ignorer proprement jusqu'à ce que je passe à autre chose... ou qu'il trouve les mots qui lui me permettront de restaurer son image... Gnnnnn !
Voilà.
Moi fâchée...
Mais assez contente d'avoir été au bout de cette histoire !
Namého !
:o)



Note d'aujourd'hui : à l'heure du déj., je vois le jeune-homme assis sur un banc du hall, puni. Deux grandes filles de CM2 l'interrogent à propos d'une petite clé qu'il a en main. Il m'explique :
"Elles croient que je l'ai volée"
Hum...
"C'est Lamaîtressed'aide qui me l'a donnée ! Je l'ai pas volée !"
Je croise l'enseignante en question : non, elle n'a pas donné de clé à Ra, il n'est dans aucun de ses groupes (où on gagne des "clés d'argent" puis des "clés d'or" peintes avec soin, au fil de ses progrès).

Je fonce sur Ra et lui donne l'ordre de me donner la clé.
- Mais je l'ai trouvée par terre !

- C'est ça. Et je m'appelle Georges ! Et à part ça, tu n'as rien à me dire à propos de notre affaire commune ? Tu as trouvé des mots pour que je puisse à nouveau te regarder ?
- Non
- Dommage...

lundi 20 janvier 2014

Inspecteur Lafouine... (1)

Ami Lecteur, tu te souviens de mon groupe d'affreux de l'an passé ?
Je crois pouvoir dire, et malgré ma grande expérience des terribles de CE2 (et aussi ici , ici , et...), que ma 1ère année de CP aura été mon année la plus dure en 21 ans d'exercice.
La seule où j'ai fini par "craquer" (fort heureusement pas devant mes élèves) et où je me sois autorisée à appeler Oskour ! urgemment.

Et bien ces affreux sont passés au CE1.
Et c'est MacollègueBri qui en a hérité.
MacollègueBri, c'est sa première année dans Monécole. Elle voulait changer. Après de nombreuses années dans des écoles où les enfants sont bien élevés-policés-serviables-travailleurs (je caricature...), elle voulait s'essayer dans une école où les élèves étaient "différents".
Et bah elle est bien tombée, la Bri !
Même que, plusieurs fois par semaine, elle se demande si elle est toujours faite pour ce métier...
Ôreus'ment qu'elle a une AVS à plein temps ! Ca aide un peu. Au moins à partager sa misère !!!
Et Ôreus'ment qu'elle a beaucoup d'humour !

Le plus drôle, c'est qu'elle est la femme du prof principal de Malouloute.
Attends, je vois que tu es perdu, je t'explique :
  • Mme Bri est instit dans Monécole.
  • Elle est mariée à M. Bri.
  • M. Bri est prof de physique dans un collège de mon quartier.
  • Ma fille Louloute est élève dans ce même collège.
  • M. Bri est son prof principal.
Pigé ?

Ca fait des conversations amusantes, autour de la table de la salle des profs, dans Monécole. Et chez Mme Bri aussi, parait-il...
Moi, j'évite de parler des mésaventures du CE1 à la maison : ne mélangeons pas (trop) les genres, je n'aimerais pas que Malouloute, naïvement, raconte ça à ses copines de classe !

Or, dans la classe de Mme Bri, Madirlo a ajouter un éléments... explosif !
Tu me diras, dans cette classe, y'en n'avait pas forcément besoin...
Mais, à sa décharge, je crois bien que Madirlo n'a pas vu le truc venir : elle a inscrit Ra parce qu'il est le petit frère d'un ancien élève tout juste admis en 6ème, et dont on connait bien la famille.
Le grand frère nous avait bien dit que Ra était "Oh ! Bien pire que moi, vous allez voir !"... mais on l'avait pas cru : c'est bête, hein !
Maintenant, on a vu...

Ra est tout simplement INSUPPORTABLE ! Et dans cette classe d'affreux, c'est l'océan qui fait déborder la vase...
Il se lève pour aller embêter les autres sans cesse.
Il intervient à tors et à travers.
Il n'est jamais là où il devrait être. Là où il est, il n'en a pas le droit.
Il vole, il vole, il vole, il vole... tout, et tout le monde, enfant comme adulte.
Il ment comme il respire.
Il est incapable de saisir la moindre chance de rédemption pour l'instant.

Tu la vois, la tête de ma Bri,
Avec l'inévitable adaptation à opérer dans toute nouvelle école (qui est qui ? qui fait quoi ? quelle salle pour quoi ? quand ? pourquoi ? où est la réserve de... ? Le scotch ? la peinture ? comme on se dépatouille des livrets informatisés quand on aime pô les ordis ? etc. etc.)...
Avec le grand écart professionnel qu'elle fait en ce moment, entre sa pratique des 15 ans passés et sa pratique actuelle (Ah, les belles séances pédagogiques qu'elle prépare, intelligentes et attractives, dont elle n'arrive pas à faire le quart avec des élèves trop encombrés pour être ouverts aux apprentissages... et ceux qui attendent, qui aimeraient bien, mais bon !).
Avec les zozos qu'elle doit arriver à mettre au travail, malgré leurs états d'âme envahissant ?

Bref.
Ca c'était mon intro.

...

...


Passons au plat principal :
J'ai eu affaire à Ra, vendredi dernier.

Mais je vois que mon article est déjà passablement long, et j'ai peur de l'indigestion.
Je te raconte la suite très vite : tu me connais !
:o)


mercredi 15 janvier 2014

dessin encore - gribouille 3

Ami Lecteur, un petit dessin de réunion, pour la route.
Celui-là, je l'aime bien... il fait partie d'une série (réunion très ennuyeuse !).
:o)
 
Bonne journée !
:o)

lundi 13 janvier 2014

:o)

Ami Lecteur, que je te dise : j'ai adoré chez les Mexicains leur foi simple, ardente et pleine d'humour.

une citation biblique sur le mur d'un garage...

En cette période de Noël, nous avons vu une multitude de crèches gigantesques, magnifiques, envahissant le chœur des églises, présentant parfois deux, voire trois enfants Jésus (des triplets !)...



Ma préférée : une preuve en image de cette joyeuse simplicité, attrapée dans une petite église populaire à Malinalco, près de Mexico...

traduction
Dieu t'appelle. Mais pas sur ton portable ! Alors mets-le en silencieux.
 
:o)

jeudi 9 janvier 2014

Back

Ami Lecteur, les vacances, c'était formidable !
Fatigant.
Mais fabuleux.
Quelques images en vrac, pour partager...










 


 
ET J'AI MANGE DES SAUTERELLES !!!
:o)
 
Bonne et douce année à tous.