Rechercher dans ce blog

samedi 26 septembre 2009

Un pied dans la tombe


Ce qui est sympathique des CE2, c'est leur spontanéité et leur fraîcheur.
Tiens, par exemple l'autre jour, j'étais assise à mon bureau. Ça m'arrive de temps à autre, surtout à l'heure du déjeuner : j'avance mes préparatifs tandis que les enfants qui le souhaitent restent en classe pour goûter un instant de calme avant le repas. C'est souvent aussi un moment très privilégié dont les élèves profitent pour causer de tout et de rien avec la maîkresse... même quand elle est débordée.

Ce jour-là donc, je m'active à corriger des cahiers de mon bras valide tout en écoutant d'une oreille un peu distraite les petites poulettes qui me parlent de leurs histoires de filles. Et soudain l'une d'elle qui s'était glissée presque jusque dans mon dos s'exclame :
"Mais... T'as des cheveux blancs !!!... Pourquoi t'as des cheveux blancs ???"
Oui, bon, sache-le, ami lecteur : j'ai une demi douzaine de cheveux blancs depuis l'âge de 18 ans sur le sommet de ma brune et abondante chevelure. Pas plus, pas moins. C'pas un drame, hein ! D'autant que moi, je ne les vois pas...

Mais voilà-t-y pas que j'ai à peine le temps d'esquisser un sourire et de penser à la réponse ad oque que 'Tite poule en second réplique tout de go :
"Bah ! C'est pask'elle est vieille !"
Et de me lancer dans la foulée :
"Tu les peints pas, tes cheveux blancs ?"

dimanche 20 septembre 2009

L'emploi du pronom indéfini...

Ma grande soeur m'a envoyé ce texte aujourd'hui. Comme j'ai apprécié, je partage...

Il était une fois quatre individus qu'on appelait
Tout le monde - Quelqu'un - Chacun - et Personne.

Il y avait un important travail à faire,
Et on a demandé à Tout le monde de le faire.
Tout le monde était persuadé que Quelqu'un le ferait.
Chacun pouvait l'avoir fait, mais en réalité Personne ne le fit.

Quelqu'un se fâcha car c'était le travail de Tout le monde !
Tout le monde pensa que Chacun pouvait le faire
Et Personne ne doutait que Quelqu'un le ferait…

En fin de compte, Tout le monde fit des reproches à Chacun
Parce que Personne n'avait fait ce que Quelqu'un aurait pu faire.

*** MORALITÉ ***

Sans vouloir le reprocher à Tout le monde,
Il serait bon que Chacun
Fasse ce qu'il doit sans nourrir l'espoir
Que Quelqu'un le fera à sa place…
Car l'expérience montre que
Là où on attend Quelqu'un,
Généralement on ne trouve Personne !

Je vais le transférer à t
out le monde afin que chacun puisse l'envoyer à quelqu'un sans oublier personne.

jeudi 17 septembre 2009

Retour en enfance

Avoir l'épaule cassée, c'est exaspérant parce que :
  • Ça fait mal,
  • Je dois prendre le bus à la place du vélo (trajets x 3)
  • Je ne tape qu'à une main (sur mon ordi., pas sur mes élèves !),
  • Je ne peux pas dormir sur le côté gauche (mon côté de prédilection),
  • J'ai une silhouette informe...
  • Je déforme tous mes pulls,
  • C'est mes enfants / mon mari qui m'attachent les cheveux et me font mes lacets,
  • Je dois faire des contorsions invraisemblables pour boutonner mes jean's (501, évidemment...),
  • Je suis assommée de paperasseries sans fin liées à l'accident lui-même (assurance, médecin, rectorat...), alors qu'en ces temps de rentrée, comme tu t'en doutes, ami lecteur... j'ai que ça à faire !
  • La plupart des gestes simples de la vie quotidienne prennent des allures de prouesse technique,

MAIS
..
MAIS
...
MAIS
...

...

Madirlo me coupe ma viande à table, en 'tits bouts faciles à mastiquer et même elle enlève le gras et les os...

Alors ?
Ça compense pas largement tous les malheurs, ça ??? Hein ?

mardi 15 septembre 2009

Astuce, dit la puce !

Ami lecteur,
Il faut que je te livre un secret, une astuce des temps anciens qui te sera peut-être un jour d'un grand secours.

Permets-moi, dans un premier temps, de situer la scène au cours de laquelle on m'a transmis ce savoir ancestral :

Lorsque j'ai fait ma chute de vélo (excuse la redondance du sujet : mon univers tourne un peu en rond ces derniers temps...), je me suis fait ramasser par une automobiliste compatissante qui m'a déposée à deux pas de mon école.

[MODE aparté ON]
Cette femme secourable n'étant autre qu'une directrice d'école maternelle du coin qui a abandonné l'idée d'être à l'heure en ce second jour de rentrée : ce jour où les mouflets pleurent encore toutes les larmes de leur corps, où les mères éplorées cherchent un appui dans le regard stoïque du chef d'établissement et où les pères fuient les petits bras qui s'agrippent désespérément à leur cou... Tout ça pour porter secours à une instit. du primaire ET du privé qui plus est !
C'est pas beau, ça ?
[MODE aparté ON]

J'ai poursuivi à pied jusqu'à mon lieu de travail, tout en prévenant Mamoitié qu'il serait opportun qu'elle rapplique dare-dare, là, tout de suite, maintenant, pour prendre la classe à ma place (ce qu'elle a fait dans le quart d'heure qui a suivi, bien qu'étant en pyj. au moment de l'appel !).

Mais arrivée au secrétariat de l'école, lorsque j'ai voulu expliquer que j'avais un léger problème et bah... j'ai pas pu aligner trois mots : je sanglotais comme un bébé, ayant le plus grand mal à exposer la situation.

Normal, penseras-tu in peto : c'est le choc émotionnel et physique ; 'faut que ça sorte !

...Et tu as raison, car tu es perspicace et fin psychologue.
Mais écoute plutôt ça :
La vieille soeur, la dernière encore active à l'école, qui fait l'accueil, soigne les bobos, achète le pain du goûter et grille de temps à autre les quignons restant pour la plus grande joie des enfants (Ah, l'odeur du pain grillé qui envahit l'école ! Quel délice !) - Cette Bonne Soeur au sens premier du terme donc, s'approche de mon oreille et me glisse, avec la discrétion qui la caractérise :

"Allez faire pipi !"

... !

Ce conseil incongru a eu le mérite de me faire sourire. Mais sa vertu est autre : C'est un "remède de grand'mère" qui assure que soulager sa vessie permet dans le même temps d'évacuer le trop plein d'émotion.
...

Et bah moi, je dis que c'est pas sot ! Essaye, tu verras bien ! ;oD

lundi 14 septembre 2009

Wait and see...

Aujourd'hui, radio de contrôle de mon épaule... et bah rien de nouveau sous le soleil : c'est cassé cassé, et faut bien 4 à 6 semaines pour que ça recolle... en faisant attention et tout et tout. Moi qui espérais secrètement que le gars s'exclame devant son cliché : "Oh ! Mais M'dame Mistinguette, vous ne me ferrez pas croire que vous avez 40 ans : c'est déjà tout réparé en une semaine comme si que vous aviez moins de 10 ans !!! C'est un miracle ou je ne m'y connais pas !!!".

Ah bah nan.
Et en plus, i' m'ont fait mal, histoire de bien voir l'os sous toutes ses coutures, bras tendu, tordu, plié... Oh, pas méchamment, allez :
- Dites-moi si ça vous fait mal quand je mets votre bras en torsion comme ça ?
- AÏE ! OUI ! ÇA FAIT MAL !!!
- Restez dans cette position, arrêtez de respirer ! Ne respirez plus ! Ne bougez plus !
- (AÏE ! AÏE ! AÏE ! AÏE !!!)
- Rabillez-vous. Vous avez besoin d'aide pour remettre l'atèle ?
- Ah, oui, j'veux bien (c'te question ! Na mais j'vous jure !).

Voilà. C'est fait. Demain, je vois le médecin qui me redira la même chose que le radiologue, histoire d'enfoncer le clou... Je sens que je ne suis pas prête de retrouver l'usage de mon bras gauche !

samedi 12 septembre 2009

Manchote

Ami lecteur... je ne voudrais pas que tu te morfondes trop à attendre, l'âme en peine, un article de moi... Néanmoins, tu comprendras aisément qu'une manchote met trois fois plus de temps à réaliser les tâches quotidiennes qui lui incombent, et que de ce fait, rédiger des textes ici devient périlleux... et fastidieux de surcroît !
Sache pourtant que mes petits élèves m'ont offert des roses, que certains sur la cour, surpris par ma silhouette déformée, ont cru un instant que j'attendais un heureux événement (jusqu'à ce que je sorte soudainement ma main de sous ma chemise, au niveau de mon nombril... surprise !) et que la plupart trouvent désopilant ma manche vide pendouillant à mon côté gauche...

A part ça, nous avons eu droit à un virus rebaptisé par un enfant : la gastro A... ! Une nouvelle pandémie ?

Voilà. J'espère retrouver rapidement l'usage de mes deux bras afin de virevolter à nouveau sur le clavier !
...Tout vient à point à qui sait attendre... Mais Grooouuuiiillleee ! Ça presse !!!

samedi 5 septembre 2009

Piège urbain

Je précise que ce filet était initialement tendu sous le tablier du pont et qu'il était vraisemblablement destiné à prévenir les chutes de pierres avant de changer de destination et de provoquer la chute du vélocipédiste innocent...

Et me voilà donc l'épaule ficelée au buste par un système d'épaisses bandes à velcros, faisant sortir ma main gauche au niveau de mon nombril. Je ne me plaints pas : on m'a parlé d'épaules fixées à l'élastoplaste... Je n'ose imaginer l'arrachage à la fin de l'aventure !
Ma douloureuse situation me rappelle celle d'une amie, il y a une vingtaine d'années (sic), instit. en maternelle, qui, s'étant trouvée dans la même situation que moi... Peut-être vais-je provoquer le même genre de réaction ubuesque ? J'adorerais !

vendredi 4 septembre 2009

Aïe !

...Et voilà, ami lecteur : je devrais être en classe en ce moment...
J'y serais si je n'avais trouvé au travers de ma trajectoire ce matin un filet pendouillant du pont sous lequel je passe, juste dans la descente où on va vite sur son vélo pour remonter la pente qui suit...

Résultat : épaule fracturée et donc immobilisée, je ne sais même pas pour combien de temps. La gauche heureusement, mais bon. Aïe aïe aïe ! C'est douloureux...

Je me réconforte en me disant que ça aurait pu être pire... hein ?!

...
Et ne va pas me dire que ça devient une habitude chez moi, hein ! Ni "jamais deux sans trois" : je compte stopper la série noire là, tout de suite, maintenant.

Bon. Je ne vais pas raconter toutes les circonstances malheureuses de cet accident avec humour et dérision comme tu pourrais t'y attendre, ami lecteur ; car vois-tu, l'une des conséquences de ma chute, et non la moindre, c'est que je suis condamnée à taper d'une seule main, la droite, si tu suis bien... et que c'est donc long, fastidieux et terriblement agaçant...

Tu peux à présent, toi qui as la chance d'avoir l'usage de tes deux mains, te répandre en commentaires longs, nombreux et compatissants ! C'est un excellent complément aux anti-inflammatoires et aux antalgiques !

mercredi 2 septembre 2009

La rentrée, c'était déjà hier !

Ça y est.
J'ai eu ma rentrée.

La plus cool de toute ma carrière d'enseignante.

Imagine, ami lecteur : j'ai passé dix-sept ans en classe de CM2. Ça signifie que pendant dix-sept ans, j'ai fait mon possible pour accueillir au mieux (sic) une trentaine de gus et de gussettes prépubères plus ou moins rebelles et opérant une mutation psycho-affective importante au cours de l'année.


Hier ?

Et bien j'ai affiché en classe une liste de 21 élèves.

Sur ces 21, l'un n'arrivera qu'en novembre.

Une autre s'est désistée.

Deux autres étaient absents.

Comme nous le faisons systématiquement en mi-temps, nous étions, Mamoitié et moi, présentes pour accueillir parents et enfants entre 8h30 et 10h. S'y ajoutait cette année une sympathique AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire), attribuée à plein temps pour aider deux de nos élèves reconnus porteurs de handicape.

...

Ce qui fait que nous étions trois adultes pour seize enfants...

Et pas des gros baveux, hein ! Des tout p'tits ! Tout mignons ! Mimis comme tout ! Sur des 'tites chaises, devant des 'tites tables...

...

Je crois que je vais me plaire, moi, en CE2 !

mardi 1 septembre 2009

D Day !


...Et voilà.
Demain, c'est la rentrée. Ou plutôt aujourd'hui, puisqu'il est 1h19 du matin et que je n'arrive pas à dormir.
Ma première rentrée en CE2. Après 17 années de bons et loyaux services en CM2... Je m'attends à un choc : une classe de 'tits nains gentils après des années d'ostrogothes baveux !
Et 21 au lieu de la trentaine habituelle !

...

Dites, vous croyez que je vais m'ennuyer ?
Allez, je vous raconterai, promis !